⭐ SOLDES ⭐ 10% de rĂ©duction avec le code SOLDES23 (hors abonnement) !
Cél. & L. : endométriose et accouchement en siège par voies basses

Cél. & L. : endométriose et accouchement en siÚge par voies basses

Publié le

CĂ©l. est une jeune femme atteinte d’endomĂ©triose. Alors qu’elle devait ĂȘtre opĂ©rer avant un Ă©ventuel parcours PMA, elle tombe miraculeusement enceinte ! La premiĂšre Ă©preuve passĂ©e, elle dĂ©couvre qu’elle va devoir accoucher de son bĂ©bĂ© en siĂšge ! L. ne veut pas se retourner malgrĂ© toutes les tentatives
 CĂ©l. gĂšre son accouchement comme une reine avec tout le corps mĂ©dical de la maternitĂ© pour la soutenir. L’aventure n’est pas finie et l’inquiĂ©tude est bien prĂ©sente quand L. dĂ©clenche une infection Ă  24h de vie
 RĂ©cit passionnant, plein de magie ! Bonne lecture



Qui es-tu ?

PrĂ©nom : CĂ©l.
Age actuel : 35 ans
PrĂ©nom de mon enfant : L.
Age actuel : 4 ans

Tomber enceinte en Ă©tant atteinte d’endomĂ©triose : c’est possible !

Forte suspicion d’endomĂ©triose tournait Ă  l’obsession

Presque 2 ans d’attente avant qu’un petit prince vienne remplir mon ventre, puis ma vie
 AprĂšs avoir patientĂ© tranquillement (au dĂ©part !), l’engrenage gyneco PMA-examens et forte suspicion d’endomĂ©triose tournait Ă  l’obsession
 Ce n’était pas une pĂ©riode facile, et pourtant, alors que 15 jours plus tard, j’allais avoir une opĂ©ration par coelioscopie pour diagnostiquer et le cas Ă©chĂ©ant, « enlever » l’endomĂ©triose, bĂ©bĂ© s’était installĂ© tout seul ! :D

C’était rationnellement impossible, selon le gynĂ©co, les examens avaient rĂ©vĂ©lĂ© une trompe bouchĂ©e

Alors que je me disais qu’il serait bien qu’enfin, les rĂšgles dĂ©barquent (le comble !), pour pas que ça ne dĂ©cale trop le cycle par rapport Ă  l’opĂ©ration, je me suis risquĂ©e Ă  un Ă©niĂšme test
 positif
 le choc ! Pour moi, pour le papa, aux anges ! C’était rationnellement impossible, selon le gynĂ©co, les examens avaient rĂ©vĂ©lĂ© une trompe bouchĂ©e par l’endomĂ©triose d’un cĂŽtĂ©, et un kyste d’endomĂ©triose dĂ©gradant la qualitĂ© sur l’ovaire opposé  C’était la stupĂ©faction, mais tellement de bonheur ! Comme j’avais prĂ©venu mes proches de l’imminence de l’opĂ©ration, j’ai bien Ă©tĂ© « obligĂ©e » de leur annoncer trĂšs tĂŽt la bonne nouvelle ! Au travail, je ne voulais pas l’annoncer si tĂŽt : j’avais prĂ©venu Ă©galement, en vue de mon arrĂȘt maladie
 alors j’ai inventĂ© une excuse un peu bidon, que le chirurgien prĂ©fĂ©rait repousser
 c’est passé !

Accouchement hors du commun, avec « toute » la maternité dans la salle au moment de la poussée

La grossesse s’est dĂ©roulĂ©e sans encombre, quelques nausĂ©es au dĂ©but, puis un regain d’énergie au 4Ăšme mois ! J’étais Ă  l’affut du moindre symptĂŽme au dĂ©but
 une fois que je l’ai senti bouger (voir faire la java !), c’était vraiment plus rassurant. Par contre, Ă  l’échographie du 3Ăšme trimestre, bĂ©bĂ© Ă©tait en siĂšge. Au dĂ©part, personne ne s’est affolĂ©, « il a encore le temps de se retourner » me disait-on
 Et au final, rien du tout ! il est restĂ© bien assis, sa tĂȘte bien calĂ©e dans mes cĂŽtes
 On a tentĂ© beaucoup de choses, acupuncture, moxibustion (mais un peu tard je pense), VME (version, pour essayer de le retourner par l’extĂ©rieur), mais le bĂ©bĂ© semblait ĂȘtre bien comme ça. J’ai finalement eu le feu vert, aprĂšs encore plusieurs examens et explications, pour un accouchement voie basse en siĂšge. J’étais on ne peut plus motivĂ©e, mais pour autant, la sĂ©rĂ©nitĂ© n’était pas au rdv, car jusqu’au tout dernier moment, si la tĂȘte du bĂ©bĂ© n’est plus flĂ©chie, ou si le travail ne se dĂ©roule pas rapidement, il faudra passer en cĂ©sarienne. Pas de dĂ©clenchement possible sur un siĂšge, j’ai du attendre le terme + 1 jour (et un dĂ©collement des membranes tout Ă  fait indolore !) pour vivre cet accouchement hors du commun, avec « toute » la maternitĂ© dans la salle au moment de la poussĂ©e, car « c’est tellement rare »  J’étais prĂ©venue, et Ă  ce moment-lĂ , je crois qu’on s’en fiche un peu en fait !

Prendre soin de soi avec plaisir pendant sa grossesse

j’ai particuliùrement fait attention aux huiles essentielles incompatibles avec la grossesse

Quand aux plats interdits, bĂ©bĂ© Ă©tant tant attendu, il n’a pas Ă©tĂ© difficile de se priver quelques temps de ces mets si gouteux habituellement !
Étant dĂ©jĂ  pas mal adepte des produits bio et naturels, j’ai particuliĂšrement fait attention aux huiles essentielles incompatibles avec la grossesse.

Cours de yoga prĂ©natal, c’était top pour se poser et se connecter au bĂ©bĂ©

J’ai choisi une prĂ©paration classique, en groupe, Ă  la maternitĂ©, avec le papa qui est venu quand les sujets le concernaient. Sur la fin, avec mon bonhomme en siĂšge, j’ai demandĂ© un « cours » un peu particulier Ă  ma sage femme qui faisait le suivi mĂ©dical en parallĂšle, pour me prĂ©parer concrĂštement Ă  un accouchement en siĂšge. Et une fois en congĂ© maternitĂ©, j’ai eu aussi plus de temps pour pouvoir aller Ă  5 cours de yoga prĂ©natal, c’était top pour se poser et se connecter au bĂ©bé !

l’échographe ne pratique pas de « prĂ©diction » Ă  la 1Ăšre Ă©chographie

Oui on a voulu connaĂźtre le sexe du bĂ©bĂ©, on Ă©tait d’accord tous les 2, pour nous aider Ă  nous projeter, et pour avoir moitiĂ© moins de boulot dans la recherche du prĂ©nom ! On l’a su au 2nd trimestre, l’échographe ne pratique pas de « prĂ©diction » Ă  la 1Ăšre Ă©chographie.

Accoucher d’un bĂ©bĂ© en siĂšge par voies basses : c’est possible !

elles ont été tout de suite quasiment rapprochées de 3-4 minutes

Le travail a Ă©tĂ© rapide, dit « brillant » en terme mĂ©dical, et c’était une des conditions pour que l’accouchement voie basse en siĂšge se dĂ©roule bien. Ça a commencĂ© d’un coup d’un seul Ă  23h30, une contraction douloureuse m’a rĂ©veillĂ©e, la 1Ăšre bien douloureuse de toute la grossesse. J’étais un peu dans le brouillard, au dĂ©part, je ne percutais pas que c’était des contractions. J’étais Ă  vrai dire perturbĂ©e car, contrairement Ă  ce que j’avais « appris », il n’y a pas eu de progression dans le temps, elles ont Ă©tĂ© tout de suite quasiment rapprochĂ©es de 3-4 minutes. Au bout d’une heure, plus que 2 ou 3 minutes de rĂ©pit entre chaque, c’était vraiment surprenant pour moi. J’ai mĂȘme pris plusieurs spasfons en me disant que ça allait passer, mais en mĂȘme temps, Ă  J+1, le doute n’était plus permis ! J’ai terminĂ© tant bien que mal ma valise (les derniĂšres choses Ă  ajouter qu’on utilise jusqu’au bout), et Ă  peine au bout de 2h, j’ai rĂ©veillĂ© le papa. Pas de doute, vu comment je ne pouvais plus rien faire pendant les contractions, Ă  part tenter de respirer, il fallait partir !

« qu’il allait falloir pousser comme une bucheronne » pour que ça marche

Dans la voiture, j’ai rĂ©ussi Ă  mieux gĂ©rer Ă©trangement, et Ă  50m de la maternitĂ©, sur un dos d’ñne pris un peu vite, splash ! J’ai perdu les eaux dans la voiture ! J’arrive donc Ă  la maternitĂ© trempĂ©e, et toujours avec des contractions bien rapprochĂ©es. Il faut traverser le couloir des chambres des mamans et nouveaux nĂ©s pour arriver aux salles de naissance. J’ai pu me contrĂŽler pour ne pas rĂ©veiller toute la maternité ! La prise en charge a Ă©tĂ© top et rapide, dĂšs que j’ai dit que c’était un siĂšge. Aucun doute, c’était lancĂ©, et j’ai eu la pĂ©ridurale (obligatoire pour un siĂšge, au moins, je n’avais pas Ă  me poser de questions !) trĂšs rapidement. L’anesthĂ©siste est devenu mon hĂ©ros ! Une fois soulagĂ©e, vers 3h, ça a Ă©tĂ© trĂšs calme, on a attendu patiemment. La sage-femme a terminĂ© mon coaching pour l’accouchement, en me prĂ©cisant bien « qu’il allait falloir pousser comme une bucheronne » pour que ça marche ! Et « que le bĂ©bĂ© serait peut-ĂȘtre « sonné » Ă  la sortie ». Et rapidement, au petit matin, Ă  partir de 7h, tout s’est mis en place, le bĂ©bĂ© Ă©tait bien descendu, toujours fesses en 1 er  ! La bucheronne (moi, donc !) est entrĂ©e en scĂšne, n’a absolument pas cherchĂ© Ă  prĂ©server son pĂ©rinĂ©e de quoi ce soit, et L. est nĂ©, bien sonnĂ© en effet (et nous avec !) ! Il a du ĂȘtre emmenĂ© directement par le pĂ©diatre pour se « remettre », le papa a pu le suivre. ArrivĂ©e donc un peu bousculĂ©e pour mon grand bĂ©bĂ© de 3kg6, mais tellement heureuse ! Mais les aventures n’étaient pas terminĂ©es


L’infection d’1 bĂ©bĂ© de 24h : 1 chamboulement pour les parents

Transfert en couveuse par le SAMU pour bébé, transfert en ambulance pour moi

Les 2 premiĂšres heures en salle se sont bien passĂ©es, avec travaux de couture et peau Ă  peau tout mignon ! J’ai apprĂ©ciĂ© recevoir les fĂ©licitations du gynĂ©co qui prenait sa garde, et qui m’avait donnĂ© le feu vert pour l’accouchement voie basse ! Retour en chambre, telle une star ! Le sĂ©jour a tournĂ© court, et lĂ , ça a Ă©tĂ© trĂšs Ă©prouvant psychologiquement : Ă  24h de vie, on nous annonce que bĂ©bĂ© commence une infection, surement provoquĂ©e par une bactĂ©rie dont j’étais porteuse, et Ă©tant en maternitĂ© de niveau 1, il fallait le transfĂ©rer dans une autre maternitĂ© de niveau 2 minimum, en nĂ©onatologie pour qu’il soit soignĂ©. L’effet du ciel qui nous tombe sur la tĂȘte
 Transfert en couveuse par le SAMU pour bĂ©bĂ©, transfert en ambulance pour moi, 2h plus tard
 ponction lombaire sans les parents
 bref, le cauchemar. Ajoutons Ă  cela le passage en seuil Ă©pidĂ©mique grippe le jour de la naissance : aucune visite possible Ă  part le papa (donc en fait, le Covid n’a pas changĂ© grand-chose sur ce point
 c’était dĂ©jĂ  comme ça pour les mamans d’hiver avant !). Pour couronner le tout, un cathĂ©ter pour les antibiotiques qui n’arrive pas Ă  ĂȘtre posĂ© car les veines du bĂ©bĂ© sont trop fragiles (en cause, son infection
), un cathĂ©ter finalement posĂ©, mais qui lĂąchera au bout de 48h et un risque de passage en couveuse stĂ©rile s’ils n’arrivent pas Ă  en poser un nouveau. J’étais anĂ©antie malgrĂ©, il faut le dire, un pĂ©diatre, une puĂ©ricultrice et une sage femme au top ! La lumiĂšre au bout du tunnel 5 jours plus tard, le marqueur d’infection avait bien baissĂ©, bĂ©bĂ© Ă©tait guĂ©ri ! Je suis restĂ©e 2 jours de plus Ă  la maternitĂ©, histoire de continuer Ă  apprendre Ă  allaiter, et pour permettre au bĂ©bĂ© de reprendre des forces/du poids. Je n’ai pas regrettĂ© que le sĂ©jour soit long, tellement j’étais perdue finalement avec cette histoire d’infection.

2 mois pour normaliser les choses mais je tenais à m’accrocher

L’allaitement Ă©tait une Ă©vidence pour moi, mais a Ă©tĂ© un peu compliquĂ©. J’ai mis 2 mois pour normaliser les choses mais je tenais Ă  m’accrocher, et les premiĂšres heures et jours bousculĂ©s ont Ă©tĂ© dĂ©cisifs ! J’ai Ă©tĂ© trĂšs entourĂ©e Ă  la maternitĂ©, et j’ai aussi fait appel Ă  une conseillĂšre en lactation au bout de 3 semaines, Ă  la maison. Finalement, une belle aventure, et quelle satisfaction de voir le bĂ©bĂ© prendre des bonnes joues au fur et Ă  mesure !

Fantasmer l’aprùs et comprendre l’importance du post-partum

je ne me souvenais que des belles expériences vues par exemple chez des amies

Je pense que je n’étais pas bien prĂ©parĂ©e Ă  « l’aprĂšs », j’ignorais tout en fait, et je ne me souvenais que des belles expĂ©riences vues par exemple chez des amies, pour qui le bĂ©bĂ© Ă©tait tout « facile », dormait/mangeait, sans problĂšme et pouvait rester posĂ© dans un coin sans rĂ©clamer quoi que ce soit ! Ce n’est pas ce qui s’est passĂ© pour moi/nous, et il a fallu sans cesse s’adapter, ĂȘtre extrĂȘmement prĂ©sents, sans doute pour rattraper l’atterrissage sur terre trop brutal, mais sur le moment, on a bien du mal !

Mon petit prince miracle au milieu de mon endométriose

J’ai pu reprendre le travail 8 mois plus tard, avec un grand bĂ©bĂ© qui dormait parfaitement, j’étais plutĂŽt en forme ! Pour autant, ni lui ni moi n’étions prĂȘt Ă  la sĂ©paration avec la nounou, ça a Ă©tĂ© encore une belle galĂšre, mais c’est une autre histoire ! Et c’est l’histoire d’un grand garçon aujourd’hui, qui adore l’école, ses copains, qui bouge toujours autant et qui reste mon petit prince miracle au milieu de mon endomĂ©triose !

Merci Cél. pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de toi et de L. <3

SI VOUS SOUHAITEZ LIRE LA SUITE DES AVENTURES, CEL. NOUS A CONFIE SON 2EME ACCOUCHEMENT Rendez vous sur notre article "L’endomĂ©triose Ă  combattre et une 2Ăšme grossesse miracle"