🎄 10% de réduction avec le code NOEL22 (sauf abonnement). Commandez dès maintenant !
Marion, Louise & Zoé : récit de 2 accouchements TRES différents - Partie 1

Marion, Louise & Zoé : récit de 2 accouchements TRES différents - Partie 1

Publié le

Marion est maman de 2 filles, j’ai eu l’occasion de partager avec elle sur ce blog à propos de son propre blog ! Elle le consacre à la maternité, avant, pendant, après la grossesse, maman ou papa, les bébés ou les enfants. C’est une mine d’or ! Après en avoir appris un peu plus sur sa démarche professionnelle, j’ai voulu en savoir un peu plus sur son expérience de maman. Un parcours riche en émotions, du bonheur d’être enceinte jusqu’à 2 accouchements totalement différents, Marion se livre. Se remémorant des souvenirs forts, on apprend que son 2eme accouchement a été un peu plus stressant mais qu’elle a su gérer à merveille ! Découvrez la 1ere partie de son beau témoignage. Bonne lecture…


Qui es-tu ?

Ton prénom : Marion
Ton âge : 38 ans
Le prénom de tes enfants : Louise et Zoé
L’âge de tes enfants : 7 et 3 ans

La conception : un moment de doute

Je suis consciente que nous avons eu beaucoup de chance

Pour mes deux grossesses, j’ai eu la chance de tomber enceinte très rapidement, au bout de trois cycles. Et d’ailleurs je suis tombée enceinte à chaque fois au même moment : à la fin de l’été ! Je suis consciente que nous avons eu beaucoup de chance quand je vois tous les couples pour qui c’est long et difficile. C’était d’ailleurs une de mes grandes interrogations : et si ça ne marchait pas ou que ça mettait trop de temps ? Je me suis posée la question à chaque fois mais j’étais très vite rassurée. Je crois que pour ma première grossesse, ma gynécologue de l’époque m’avait prescrit une prise de sang pour contrôler que tout était ok, mais c’est tout ce que j’avais fait.

Quand il est rentré, […] j’avais un sourire idiot collé au visage

Grossesse 1 : La première fois que j’ai appris que j’étais enceinte, je me souviens que j’avais commencé à travailler très tôt le matin, à 6 ou 7h, et que toute la matinée, je sentais qu’il se passait quelque chose. En rentrant chez moi, j’ai fait un test que j’avais à la maison. J’ai vu une très légère ligne se dessiner ! J’étais extrêmement émue, je souriais bêtement et en même temps, je me disais « ce n’est pas possible ». Alors j’ai filé à la pharmacie acheter un second test plus sophistiqué – ceux qui indiquent « enceinte » - et il était bel et bien positif ! Il devait être 15h et ça a été extrêmement long d’attendre le retour de mon mari le soir pour lui dire ! Quand il est rentré, comme j’avais un sourire idiot collé au visage, il a cru que j’avais cassé quelque chose dans notre appartement qui était tout neuf… Quand je lui ai dit, il était très ému !

Grossesse 2 : La seconde fois, j’avais tellement envie que ça marche que je repoussais le moment de faire le test. Je commençais à sentir que j’étais enceinte, comme une petite voix intérieure, mais j’attendais. Un samedi, nous nous baladions tous les trois avec mon mari et ma fille et je me souviens avoir senti une odeur de poissons… Quand on a vu la poissonnerie mais quand même quelques bons mètres plus loin, on s’est regardé avec mon mari et on s’est dit qu’il se passait quelque chose ! J’ai fait un test le lendemain matin et il était bien positif !

La grossesse, des changements et nouveautés pour toutes les femmes

j’ai adoré être enceinte, voir mon ventre grandir

Grossesse 1 & 2 : J’ai vécu mes grossesses de la même manière même si j’étais beaucoup plus fatiguée pour la seconde. A chaque fois, j’ai eu de légères nausées au premier trimestre mais qui passaient assez rapidement. C’était surtout le matin quand j’étais à jeun. Sinon, j’ai adoré être enceinte, voir mon ventre grandir et sentir mon bébé en moi. C’était magique ! Je n’ai pas du tout maigri en revanche… J’ai pris 17 et 18 kilos à chaque fois, mais je ne le vivais pas mal, je me disais que c’était normal.

le plus difficile c’était les sushis

Grossesse 1 & 2 : Oui j’ai fait très attention à chaque fois, zéro alcool, pas de fromages au lait cru, pas de sushis, pas de charcuterie… C’était dur mais je ne voulais prendre aucun risque ! Enfin, le plus difficile c’était les sushis, du coup j’en commandais des végétariens ! Pour la première grossesse, j’avais très envie de pâtes tout le temps et la deuxième fois c’était l’avocat ! J’en raffole d’ailleurs toujours ;-)

j’ai surtout utilisé des produits de soin spéciale grossesse notamment pour les vergetures

Grossesse 1 & 2 : Pour ma première grossesse, j’ai surtout utilisé des produits de soin spéciale grossesse notamment pour les vergetures. C’est la seconde fois que j’ai réalisé que ma routine globale n’était peut-être pas adaptée : j’ai trié tous mes placards et favorisé les produits plutôt bio pour tout ce que je me mettais sur ma peau (visage et corps).

la seule position dans laquelle je me sentais bien c’était à quatre pattes !

Grossesse 1 & 2 : J’ai suivi pour mes deux grossesses des cours de préparation à l’accouchement avec une sage-femme en cabinet libéral. C’était super car on était en petit groupe, c’était intimiste et on pouvait poser toutes nos questions sans gêne. Ça nous a vraiment bien préparé je trouve pour ma fille aînée, on était rassurés, on savait où on allait, de quoi on avait besoin, etc. La seule chose qui restait assez flou, c’était la poussée parce que tant que tu n’y es pas, tu ne sais pas vraiment ce que tu vas ressentir et à quoi vont ressembler les contractions ! Au final, je n’ai rien reproduit de ce que j’avais appris : la seule position dans laquelle je me sentais bien c’était à quatre pattes ! La deuxième fois, j’ai juste suivi deux cours pour me rafraîchir la mémoire et contrairement à ma première grossesse, mon mari n’est pas revenu, car on se sentait beaucoup plus prêts. J’ai fait aussi de l’acupuncture parce que ma fille était en siège. Ça a marché, elle a rebasculé tête en bas… avant de revenir en siège à quelques jours de l’accouchement ! Sinon, j’ai beaucoup lu, des livres, des blogs, et j’ai écouté des podcasts pour ma deuxième grossesse, Bliss et La Matrescence notamment, les pionnières en la matière !

Oui, nous avons voulu connaître le sexe de bébé ! On voulait pouvoir se projeter et se préparer sans attendre la naissance.

L’accouchement, quand bébé arrive, l’évènement d’une vie

Louise avait été vraiment sympa de laisser son papa profiter de Roland-Garros

Grossesse 1 : Pour mon aînée, je me souviens que mon mari passait la journée à Roland Garros et m’avait dit en plaisantant : « surtout tu n’accouches pas aujourd’hui ! » J’ai passé la journée avec ma belle-mère, on s’était baladé et je n’avais aucun signe. Donc le soir quand il est rentré, on a tranquillement dîné et on rigolait avec nos copains sur WhatsApp qui avaient fait des paris sur la date d’accouchement. Ceux qui avaient parié sur ce jour-là étaient déçus car je leur disais que je n’avais absolument aucun signe ! A peu près une demi-heure après leur avoir écrit ça, j’ai senti une douleur aigue, comme je n’en avais jamais eue pendant ma grossesse. Je me suis dit que c’était bizarre mais je n’ai rien dit à mon mari. La même douleur est revenue 15 minutes plus tard et encore une fois 15 minutes après. Là, je lui ai dit : ce n’est peut-être rien mais ça fait trois fois que j’ai une douleur dans le ventre ! ». Il devait être environ 22h30-23 heures. A partir de là, les douleurs se sont intensifiées et rapprochées ! On a suivi ce que nous avait dit la sage-femme en calculant le temps entre chaque contraction. J’ai aussi pris un bain pour voir si ça passait, mais non ça s’accentuait ! Mon mari était très présent, il me soutenait quand j’avais mal et avait géré la préparation des affaires. Je me souviens qu’on était très heureux et excités par ce moment qui arrivait ! Depuis, on a toujours dit que Louise avait été vraiment sympa de laisser son papa profiter de Roland-Garros avant de pointer le bout de son nez ;-)

j’ai entendu un gros « PLOC » et j’ai compris que ma poche des eaux venait de se fissurer

Grossesse 2 : Cet accouchement-là a été complètement différent ! Comme je vous l’ai dit plus haut, ma fille a été une bonne partie de ma grossesse en siège puis s’était retournée grâce à l’acupuncture. 15 jours avant l’accouchement, je me rends à la maternité pour une visite de contrôle et la sage-femme, après m’avoir auscultée, me dit qu’on va vérifier sa position. C’est donc parti pour une écho qui montre que ma fille est de nouveau en siège… Sur le coup ça a été la douche froide, car j’espérais vraiment revivre ce que j’avais connu 4 ans auparavant. La sage-femme me dit que j’ai le choix entre une voie basse si mon bassin le permet ou une césarienne dès que possible. Après en avoir discuté avec mon mari, qui me soutenait dans tous mes choix, j’ai choisi la césarienne car je ne sentais pas du tout l’option voie basse. Je me suis dit, malgré ma déception, qu’il fallait que je m’écoute. Donc rendez-vous était pris pour le lendemain 7h à la maternité ! Le choc passé, j’étais soulagée de pouvoir confier mon aînée à mes parents sans stress et qu’on puisse faire une dernière soirée et nuit tranquille avec mon mari. Sauf qu’au moment de me coucher vers minuit, j’ai commencé à ressentir des douleurs dans le ventre, comme si on me serrait très fort le bas du ventre. Au début je me suis dit que ça allait passer puis j’ai fini par me relever et en parler à mon mari. Mais dans ma tête ce ne pouvait pas être des contractions puisque tout était prévu pour le lendemain ! J’étais en déni total ! C’est lui qui m’a dit que ça avait quand même tout l’air de contractions vu que ça revenait régulièrement… Sur ses bons conseils, j’ai appelé la maternité pour avoir leur avis et ils m’ont dit de venir puisque de toute façon j’étais prévue pour le lendemain matin. On a donc commencé à s’habiller tranquillement, à prendre la valise et là au moment de m’assoir pour mettre mes chaussures, j’ai entendu un gros « PLOC » et j’ai compris que ma poche des eaux venait de se fissurer ! Cela ne m’était pas arrivé la première fois, c’était dingue comme sensation. J’ai demandé à mon mari des serviettes et j’ai foncé sur le palier pour ne pas mouiller notre parquet et surtout je lui ai dit de se dépêcher parce que j’avais trop peur d’accoucher hyper vite ! On est partis 5 minutes après et j’ai appelé la maternité sur le chemin pour leur dire que ma fille arrivait bien maintenant. On était heureux qu’elle nous fasse cette surprise et de revivre cette montée d’adrénaline et ces émotions si fortes avant l’accouchement !

Si les aventures de Marion, Louise et Zoé vous passionnent, découvrez bientôt la suite dans la deuxième partie !