⭐ SOLDES ⭐ 10% de rĂ©duction avec le code SOLDES23 (hors abonnement) !
Séverine & Aubin : l'attente de tomber enceinte, l'attente du bonheur

SĂ©verine & Aubin : l'attente de tomber enceinte, l'attente du bonheur

Publié le

J’ai rencontrĂ© SĂ©verine lors d’un job d’étĂ©. Nous Ă©tions si jeunes et insouciantes, loin de nous douter de ce qui nous attendait 10, 15 ans plus tard
 Nos Ă©tudes, nos aventures jusqu’à la mer, nos soirĂ©es, nos fous rires Ă©taient tout ce qui comptait Ă  l’époque. Et maintenant ? Nous sommes mamans
 SĂ©verine a du patienter pour avoir son petit bout auprĂšs d’elle, mais Aubin est lĂ , lui apportant une dose d’amour supplĂ©mentaire. Elle a acceptĂ© de me confier cette aventure ! Bonne lecture



Qui es-tu ?

Prénom : Séverine
Age actuel :  35 ans
Prénom de mon enfant : Aubin
Age actuel : 5 ans

Etre patiente pour tomber enceinte, une attente si longue

L’inquiĂ©tude de ne pas tomber enceinte [
] a Ă©tĂ© omniprĂ©sente

Je ne suis pas tombĂ©e enceinte naturellement mais aprĂšs 2 ans et demi dont 1 an et demi sous traitement avec de nombreuses stimulations ovariennes. L’inquiĂ©tude de ne pas tomber enceinte est vite arrivĂ©e et a Ă©tĂ© omniprĂ©sente pendant cette pĂ©riode.

J’ai appris la bonne nouvelle par une prise de sang (deux semaines aprĂšs l’acte mĂ©dical). Le papa Ă©tait Ă  mes cĂŽtĂ©s. J’ai attendu les 3 mois pour l’annoncer Ă  ma famille et mes amis. Je n’ai eu que des rĂ©actions positives Ă  mon travail.

J’ai eu beaucoup de nausĂ©es pendant les 3 premiers mois. Je grignotais toutes les heures pour que ça passe car l’homĂ©opathie ne marchait pas.

J’étais trĂšs anxieuse sur les maladies liĂ©es aux aliments dĂ©conseillĂ©s, je faisais vraiment attention et lisais toutes les Ă©tiquettes
. Pas d’envies particuliĂšres. Concernant les cosmĂ©tiques, je faisais attention juste Ă  ce que je m’appliquais sur le ventre (beurre de karitĂ© bio) pour Ă©viter les vergetures. Deux fois par jour Ă  partir du 4 ou 5 mois, je le recommande.

Retrouvez nos box pour femmes enceintes : à s’offrir ou à offrir !

Se prĂ©parer, se projeter, 9 mois de grossesse pour comprendre !

J’ai participĂ© aux cours de prĂ©paration seule. Je n’ai pas rĂ©ussi Ă  me sentir vraiment Ă  l’aise dans ces cours. Mais, ça m’a permis de rencontrer et d’entendre des personnes parler des mĂȘmes apprĂ©hensions, c’était plutĂŽt bĂ©nĂ©fique.

Je n’ai pas hĂ©sitĂ© Ă  vouloir connaitre le sexe du bĂ©bĂ©. Je n’avais rien achetĂ© avant de connaitre le sexe du bĂ©bĂ©. Cela m’a aidĂ© Ă  me projeter davantage par la suite.

L’accouchement, la dĂ©livrance et la rencontre tant attendue !

Je n’ai jamais ressenti de contractions alors que dĂšs le septiĂšme mois mon col Ă©tait ouvert. Cela m’angoissait Ă  l’idĂ©e de ne pas reconnaĂźtre les contractions. J’ai Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©e assez tĂŽt. Mais pas de signes dans le dernier mois de grossesse. 4 jours aprĂšs mon terme, j’ai Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©e donc je me suis rendue Ă  la maternitĂ© assez dĂ©tendue, sans prĂ©cipitation. Ma valise Ă©tait prĂȘte depuis longtemps et tout Ă©tait prĂȘt pour accueillir le bĂ©bĂ©.

On a Ă©tĂ© obligĂ© de rappeler l’anesthĂ©siste juste avant l’accouchement car c’était insupportable

Mon dĂ©clenchement a eu lieu vers 12h. Ils m’ont directement mis dans une salle naissance. Ce qui m’a beaucoup marquĂ© c’est quand je me suis installĂ©e dans la chambre, l’infirmiĂšre nous a demandĂ©e les premiers vĂȘtements que l’on avait prĂ©parĂ©s pour le bĂ©bĂ©, qu’elle a ensuite prĂ©parĂ© sur la table des premiers soins. Elle nous a demandĂ© aussi si l’on souhaitait dire le prĂ©nom du bĂ©bĂ©. D’un seul coup, c’est devenu vraiment concret !

L’infirmiĂšre nous a prĂ©venue dĂšs le dĂ©part que le travail aprĂšs un dĂ©clenchement pouvait ĂȘtre trĂšs long et que je pouvais accoucher le lendemain. Mais mon col a vite rĂ©agi et on suivait de prĂšs les contractions sur le monitoring. J’ai demandĂ© la pĂ©ridurale avant mĂȘme d’avoir trop mal car le travail avançait trĂšs vite selon les infirmiĂšres et j’avais peur aprĂšs qu’il ne soit trop tard. Je ne voulais pas souffrir et comptais gĂ©rer moi-mĂȘme de façon raisonnable la dose pour continuer Ă  ressentir les contractions. Mais un dysfonctionnement la vite rendue inefficace pendant un certain temps
 on a Ă©tĂ© obligĂ© de rappeler l’anesthĂ©siste juste avant l’accouchement car c’était insupportable et je sentais que ça poussait constamment. Heureusement, j’ai pu ĂȘtre soulagĂ©e les dix ou vingt derniĂšres minutes par l’anesthĂ©siste (on perd un peu la notion du temps dans ces moments-là
).

La sortie du bĂ©bĂ© a Ă©tĂ© un peu prĂ©cipitĂ©e car il avait une main au niveau de la tĂȘte donc sa sortie tardait et s’est faite brusquement. Il faisait 3kg500 et 50 cm. J’ai accouchĂ© 6 heures aprĂšs mon dĂ©clenchement, le papa Ă©tait prĂ©sent tout le temps. Tout le travail et l’accouchement se sont fait sur le dos. Par contre, j’étais sur un cĂŽtĂ© quand j’avais trĂšs mal en attendant la deuxiĂšme pĂ©ridurale.

Retrouvez nos idĂ©es cadeau de naissance pour bĂ©bĂ© et maman : Ă  offrir !

Cela l’apaisait instantanĂ©ment quand il entendait la musique

Je suis restĂ©e 4 jours Ă  la maternitĂ©. Quelques personnes sont venues Ă  la maternitĂ©, surtout la famille. On n’avait pas mis de conditions particuliĂšres, les choses ne sont faites naturellement, sans excĂšs de la part de nos proches qui nous ont demandĂ©s et prĂ©venus avant leurs venues. Quelques visites Ă  la maison qui se sont assez espacĂ©es dans le temps ce qui nous a permis de prendre nos marques seuls.

Comme cadeau, j’ai eu une peluche musicale (je n’avais pas pensĂ© Ă  en acheter avant) et cela m’a vite servi Ă  la maternitĂ© car cela l’apaisait instantanĂ©ment quand il entendait la musique. Aussi des petits jouets pour le bain. Sur le coup, j’étais moyennement satisfaisante mais j’ai pu les utiliser assez tĂŽt dans le bain avec lui et il a beaucoup apprĂ©ciĂ©. Par contre, j’ai Ă©tĂ© un peu déçu quand des personnes m’offraient des vĂȘtements pour plus tard (taille 1an). C’est sĂ»r qu’on reçoit beaucoup de vĂȘtements de la mĂȘme taille au dĂ©part mais ce n’est pas aussi mignon sur le coup.

Le personnel de la maternitĂ© Ă©tait Ă  mon Ă©coute, tout s’est bien passĂ©. Beaucoup d’inquiĂ©tudes malgrĂ© tout face Ă  l’inconnu : les premiĂšres nuits surtout. Je n’ai pas allaitĂ©, je n’ai jamais eu ce souhait. J’ai pris la dĂ©cision seule, c’était naturel.

L’aprĂšs accouchement, ce fameux post partum : se prĂ©parer, organiser ?

On m’avait offert le livre : J’attends un enfant, de Pernaud, ça m’a beaucoup appris sur l’évolution du fƓtus etc
. Je trouve que c’est un incontournable pour une premiĂšre grossesse, ça soulĂšve et rĂ©pond Ă  beaucoup d’interrogations avant et aprĂšs l’accouchement. Je regardais beaucoup les maternelles durant mon congĂ© maternitĂ©. Je n’ai pas eu le babyblues. Une sage femme est venue deux fois Ă  la maison pour les soins du cordon ombilical du bĂ©bĂ©, elle Ă©tait de trĂšs bon conseil.

Difficile de donner des conseils, chaque grossesse, chaque accouchement est vĂ©cu d’une maniĂšre unique. Suivre son instinct peut-ĂȘtre sans vouloir ĂȘtre la maman parfaite. Et surtout profiter de tous ses petits moments si prĂ©cieux lors de la premiĂšre annĂ©e de bĂ©bé  en mettant de cĂŽtĂ© tous les angoisses qui ont tendance Ă  nous submerger


On a trouvĂ© facilement une nounou dans notre village mais son mode de fonctionnement ne m’a pas convenu. A ses un an, il a intĂ©grĂ© une crĂšche. La sĂ©paration s’est faite Ă  deux mois et demi, ça s’est bien passĂ©e. La reprise du travail s’est bien passĂ©e, mĂȘme si je n’avais qu’une hĂąte : le retrouver aprĂšs le travail.

Merci SĂ©verine pour ton expĂ©rience, tu es prĂ©cieuse, prend soin de toi et d’Aubin <3