⭐ SOLDES ⭐ 10% de rĂ©duction avec le code SOLDES23 (hors abonnement) !
Julie, Rose & Noah : s'épanouir en tant que femme avant ses grossesses

Julie, Rose & Noah : s'Ă©panouir en tant que femme avant ses grossesses

Publié le

Julie est maman de 2 enfants. Une maman qui a su s’épanouir avant de donner naissance, afin d’accueillir ses bĂ©bĂ©s sereinement. Julie s’est beaucoup prĂ©parĂ©e Ă  un accouchement, qu’elle souhaitait physiologique, le plus naturel possible. GrĂące Ă  une prĂ©paration en profondeur sur son mental, elle a vĂ©cu un prĂ©-travail et un accouchement incroyables, forts en Ă©motions. GrĂące Ă  son anticipation, Julie accueille et traverse les challenge familiaux et hormonaux pour trouver un nouvel Ă©quilibre et vivre ces moments avec plus de douceur. DĂ©couvrez ce tĂ©moignage trĂšs positif, rempli d’énergie et de bienveillance. Bonne lecture



Qui es-tu ?

Ton prĂ©nom : Julie
Ton ñge actuel : 32
Les prĂ©noms de tes enfants : Noah et Rose
L’ñges de tes enfants : presque 5 mois et 2 ans et demi

Se sentir prĂȘte Ă  tomber enceinte, comme une Ă©vidence

J’étais tellement connectĂ©e Ă  mon Ă©lan de recevoir les Ăąmes de nos bĂ©bĂ©s

J’ai eu beaucoup de chance de tomber enceinte facilement et rapidement, et naturellement. Je m’étais prĂ©parĂ©e avec ma gynĂ©co pour ma fille aĂźnĂ©e et puis une sage femme pour mon fils. J’avais commencĂ© Ă  prendre en effet du folate. J’étais tellement connectĂ©e Ă  mon Ă©lan de recevoir les Ăąmes de nos bĂ©bĂ©s, Ă  chaque fois je me sentais dĂ©jĂ  impatiente de les accueillir au creux de mon ventre.

Mon chĂ©ri a commandĂ© les cappuccinos pendant que j’ai fait un tour aux toilettes
 quand j’ai attendu les 3 minutes mon cƓur battait si fort

Pour Rose, nous Ă©tions partis Ă  Rome en amoureux. Je me rappelle m’ĂȘtre sentie super fatiguĂ©e. Ça faisait que 2 mois qu’on essayait, mais au fond de moi, je sentais que c’était ça. On a achetĂ© un test de grossesse dans une pharmacie italienne et s’est posĂ©s dans un petit resto, oĂč mon chĂ©ri a commandĂ© les cappuccinos pendant que j’ai fait un tour aux toilettes
 quand j’ai attendu les 3 minutes mon cƓur battait si fort
 puis je suis ressortie, plein d’amour et les larmes aux yeux, et mon chĂ©ri et moi avons pleurĂ© de joie dans ce bar italien Ă  Rome, quelle joie d’avoir Ă©tĂ© ensemble en dĂ©couvrant la nouvelle.

Pour Noah, pareil, ça faisait que 2 mois qu’on essayait
 la belle surprise est qu’il est venu plus vite qu’attendu ! Nous mesurons notre chance et que ce n’est pas donnĂ©, loin de lĂ , pour tous. Il y a encore besoin de libĂ©rer la parole sur les temps tout Ă  fait normaux de conception d’un bĂ©bé ! C’était juste aprĂšs le dĂ©but du premier confinement. J’étais en retard par 2-3 jours
 j’ai fait le test de grossesse Ă  la maison, c’était un samedi. Mon chĂ©ri Ă©tait dans le jardin avec Rose, notre fille aĂźnĂ©e. Je suis sortie de la maison, les yeux mouillĂ©s Ă  nouveau, et j’ai dit, « chĂ©ri, tu es prĂȘt pour ĂȘtre 4 ? » J’oublierai jamais son sourire qui a illuminĂ© mon cƓur et nous Ă©tions sur un nuage, tellement heureux.

J’ai eu beaucoup de chance que mes grossesses soient bien reçues et cĂ©lĂ©brĂ©es par mes collĂšgues et mes responsables !

Etre enceinte, en phase avec soi-mĂȘme, malgrĂ© les maux de grossesse

Je me sens vraiment reconnaissante envers mon corps : il m’a donnĂ© 2 miracles

Au global, je me suis sentie super bien enceinte. Maintenant pour chacune de mes 2 grossesses j’ai eu des gros coups de fatigue et des nausĂ©es le premier trimestre. J’en ai parlĂ© facilement Ă  ma sage-femme Ă  chaque fois. J’ai pris du poids, beaucoup, 18 kilos pour Rose et 15 kilos pour Noah. J’ai mal vĂ©cu cette prise de poids pour Rose, mais pour Noah je suis beaucoup plus sereine. Je me sens vraiment reconnaissante envers mon corps : il m’a donnĂ© 2 miracles ! Je suis plus douce cette fois. Mon chĂ©ri prend bien soin de lui et il a plutĂŽt minci voir s’est musclĂ© car il fait du sport rĂ©guliĂšrement, ha !

j’allaite, ça fait une douce transition, j’aime bien

Cela peut faire sourire mais sincĂšrement, j’avais envie de FRAISES et puis j’avais parfois trĂšs envie des cornichons (random !). J’avais trĂšs soif, ma gourde GaspaJo est ma meilleure amie aussi en post-partum. Je faisais bien entendu attention aux aliments dĂ©conseillĂ©s, et je ressens que je suis toujours un peu connectĂ©e Ă  cela car j’allaite, ça fait une douce transition, j’aime bien.

nous devons toutes nous comporter un peu comme si nous Ă©tions enceinte, tout le temps

Absolument, j’ai fait attention aux produits soins et cosmĂ©tique. DĂ©jĂ  je fais attention de base, enceinte ou pas. En fait je ressens que nous devons toutes nous comporter un peu comme si nous Ă©tions enceinte, tout le temps ! C’est-Ă -dire de prendre bien soin de nous activement, d’ĂȘtre dans la prĂ©vention, d’ĂȘtre vraiment actrice de notre vitalitĂ© et notre santĂ©. Personnellement j’utilise les produits de beautĂ© de Dr. Hauschka et j’adore. Puis huile de Weleda pour me masser et prĂ©venir des vergetures, et huile de jojoba et de coco, bio, pour le reste. Simple, efficace et rĂ©chauffant. Je continue cela en post-partum et ça fait un bien en profondeur, mĂȘme si j’ai moins de temps pour en profiter parfois, ah !

Se prĂ©parer en profondeur Ă  l’accouchement grĂące Ă  diffĂ©rents outils

c’était la meilleure prĂ©paration Ă  la naissance et Ă  ma matrescence que je peux imaginer

Je me suis bien prĂ©parĂ©e. Je ressens que le plus important a Ă©tĂ© mes annĂ©es de formation au Leadership Ethique, un courant de leadership crĂ©Ă© par Edel Gött et la base de la pĂ©dagogie de Living School, fondĂ©e par Caroline Sost, oĂč j’ai Ă©tĂ© enseignante puis responsable anglophone pendant 8 annĂ©es. J’ai eu tellement de chance de pouvoir travailler sur moi et d’évoluer positivement pendant des annĂ©es avant de tomber enceinte. Je souhaite Ă  chaque femme de pouvoir s’identifier Ă  son potentiel de vie, dĂ©passer ses peurs, travailler ses freins inconscients, dĂ©passer des croyances limitantes
 je n’avais pas forcĂ©ment conscience, mais c’était la meilleure prĂ©paration Ă  la naissance et Ă  ma matrescence que je peux imaginer.

Je suis aussi prof de yoga et donc j’ai fait des cours de yoga prĂ©natale, j’ai adorĂ© et bouger mon corps m’a fait beaucoup de bien. J’ai bien aimĂ© suivre les cours de prĂ©pa proposĂ©s par ma sage-femme libĂ©rale, qui propose aussi de l’acupuncture, que j’ai fait 1 fois par trimestre, ça aide pour faire circuler l’énergie et se libĂ©rer des tensions. Les cours de prĂ©pa Ă©taient supers, j’ai adorĂ© rencontrer d’autres femmes et aussi pouvoir poser des mots sur mes questions, mĂȘme si je ressens avec du recul que c’était souvent assez "mental" comme cours : des images, des postures
 je ressens que j’aurais bĂ©nĂ©ficiĂ© des cours un peu plus axĂ© sur ma compĂ©tence naturelle en tant que femme, sur l’importance de l’ocytocine par exemple


J’ai Ă©coutĂ© des podcasts en anglais tel que "Rock Star Birth Radio" que je trouvais trĂšs empowering, et aussi La Matrescence. J’ai lu et relu aussi le maintenant trĂšs connu "Guide to Natural Childbirth" de Ina May Gaskin. Les tĂ©moignages des mĂšres ont Ă©tĂ© axiaux pour moi. Je me suis aussi appuyĂ©e sur des amies chĂšres qui avaient accouchĂ© physiologiquement et qui Ă©taient heureuses de leurs naissances.

J’ai de la chance d’avoir un chĂ©ri tellement proche, en soutien, rassurant et aimant. Il m’a Ă©normĂ©ment aidĂ© Ă  chaque grossesse Ă  avoir confiance en moi et ma capacitĂ© Ă  enfanter naturellement.

OUI [on a voulu connaĂźtre le sexe du bĂ©bĂ©] ! A chaque fois :-)

Quand le travail de l’accouchement commence, que faire ?

C’était l’équinoxe d’hiver, et j’ai fait une visualisation de la naissance, une mĂ©ditation

Pour Rose comme pour Noah, j’ai eu l’intention d’Ɠuvrer au maximum chez moi avant de partir Ă  la maternitĂ©. Pour Noah, qui est nĂ© fin dĂ©cembre 2020, j’ai commencĂ© Ă  avoir des contractions mais je sentais que c’était trĂšs gĂ©rable, comme une douleur des rĂšgles. Comme notre fille aĂźnĂ©e est arrivĂ©e en 6 heures, nous nous sommes dits que Noah allait arriver trĂšs rapidement ! Nous sommes donc partis Ă  la maternitĂ© le 10 dĂ©cembre (le terme Ă©tait le 28). C’était en fait le dĂ©but du prĂ©-travail. Je n’aime pas le terme "faux travail" car les contractions Ă©taient rĂ©elles et fortes, et j’étais dilatĂ© Ă  3 cm. Mais ce n’était pas son moment encore ; un grand moment de lĂącher-prise et de faire confiance Ă  la Vie ! Le matin du 11 dĂ©cembre on est rentrĂ©s Ă  la maison sans bĂ©bĂ© encore. Les contractions sont montĂ©es en puissance, en crescendo, les jours qui ont suivis.

C’était finalement un cadeau, ce moment de "rĂ©pĂ©tition gĂ©nĂ©rale," car mĂȘme si nous Ă©tions repartis sans bĂ©bĂ© (ce qui arrive Ă  plus de femmes de ce que nous pouvons imaginer !), 10 jours plus tard, il Ă©tait lĂ  et pour une naissance juste merveilleuse.

C’était l’équinoxe d’hiver, et j’ai fait une visualisation de la naissance, une mĂ©ditation, vers 16h dans l’aprĂšs-midi. Je me suis vraiment connectĂ©e Ă  mon potentiel, et au potentiel de notre bĂ©bĂ©. Je me suis mise en route pour donner la Vie. Les contractions ont commencĂ©, j’ai senti qu’elles s’amplifiaient. J’aime beaucoup l’image d’une vague, c’est vraiment ce que j’ai vĂ©cu. Vers 19h00, j’ai pris un bain, trĂšs dĂ©tendue car nous avions vĂ©cu la "rĂ©pĂ©tition" rĂ©cemment. J’étais calme, chez moi, dĂ©tendue. J’ai mis les lumiĂšres douces. Rose s’est couchĂ©e
 tout Ă©tait alignĂ©. J’utilisais le ballon sur mon tapis de yoga pour bouger mes hanches, pour me soulager, je me suis mise Ă  4 pattes
 je me sentais bien.

Vers 22h, on Ă©tait couchĂ©s dans le lit, on rigolait devant une sĂ©rie
 puis vers 23h, je me suis levĂ©e pour aller aux toilettes et au levĂ©, BOOP! C’est comme si un bouchon de vin avait Ă©tĂ© retirĂ©, et la force des vagues s’est intensifiĂ©e de façon considĂ©rable. Mon chĂ©ri a Ă©tĂ© un pilier. Il est restĂ© trĂšs serein, il a prĂ©venu notre cher ami qui est comme un tonton pour notre fille, de venir chez nous, que c’était le moment. Il a pris les affaires et entre les contractions j’ai rĂ©ussi Ă  me rappeler de prendre mon manteau, mes clĂ©s
 j’étais trĂšs lucide ! J’ai mĂȘme empruntĂ© le mur de notre voisine d’en face de notre maison pendant qu’Alex sortait la voiture du garage
 j’avais aussi pris un lange qui trainait sur le sĂšche-linge pour me faire une sorte de liane, et je tirais dessus pour me soulager, je me le mettais mĂȘme dans la mĂąchoire puis ’op ! C’était parti, 0h15, on roulait dans Nantes sous les Ă©toiles, pas une voiture sur la route, c’était vraiment la route de lumiĂšre !

Comment se passe un accouchement physiologique Ă  la maternité ?

j’ai lĂąchĂ© prise. LET IT GO, mamas ! Wow c’était hyper intense

C’était mon projet de donner la Vie (je prĂ©fĂšre tellement ce mot Ă  celui d ’ "accoucher") de façon physiologique. Je me suis prĂ©parĂ©e dans mon corps, mon cƓur et mon esprit. ArrivĂ©e Ă  la maternitĂ©, je gardais mon ancrage mĂȘme si la puissance des vagues peut ĂȘtre impressionnante, nous pouvons l’apprivoiser, c’est possible ! Nous sommes arrivĂ©s Ă  la maternitĂ© Ă  0h30, et Noah Ă©tait nĂ© Ă  0h56
 ça a Ă©tĂ© d’une trĂšs grande fluiditĂ© car la plupart du temps de travail avait Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© dans l’intimitĂ©, chez nous. J’ai rĂ©ussi Ă  me mettre Ă  genoux car une sage-femme voulait m’examiner, mais en me baissant, j’ai perdu les eaux comme dans les films ! Ca a Ă©tĂ© Niagara falls, ha !

J’ai Ă©tĂ© ensuite accompagnĂ©e en salle de naissance en fauteuil roulant car il fallait agir vite. Je ne supportais pas que l’on me touche. Je ne voulais pas du siĂšge de naissance, j’étais debout, et je m’accrochais Ă  la liane. Ça m’a fait un bien fou. Puis j’ai senti que Noah s’engageait dans le bassin, cela a Ă©tĂ© hyper fort de reconnaĂźtre la sensation comme ce que j’avais vĂ©cu pour Rose. Entre 2 vagues, j’ai dit : "J’ai la sensation de vouloir vomir, mais je ne vais pas vomir. Il arrive." MĂȘme en Ă©crivant ces mots je me dis, wow, les femmes, nous savons, nous avons tout en nous, vraiment.

J’ai voulu monter sur le lit, ce que j’ai fait, j’étais Ă  4 pattes, et lĂ , envie de pousser, mais le mot pousser, c’est presque pas ça
 j’ai lĂąchĂ© prise. LET IT GO, mamas ! Wow c’était hyper intense de sentir ce cercle de feu quand sa tĂȘte passait, que j’étais Ă  dilatation complĂšte
 Alex Ă©tait Ă  mes cĂŽtĂ©s tout le long, il me protĂ©geait, je sentais sa force, son amour, sans qu’il parle. Il me tenait la main dans tous les sens du terme. Il m’a aidĂ© Ă  faire des sons graves pour ne pas me faire mal Ă  la gorge et pour aider Noah Ă  trouver la sortie. On a Ă©tĂ© des lions de la Vie, tous les deux !

J’arrĂȘtais pas de dire "I did it, chĂ©ri, I did it, I did it !" J’étais AUX ANGES

Quelle FORCE de ce moment là ! De donner la VIE ! Les sages-femmes ont Ă©tĂ© incroyables, GaĂ«lle, celle qui supervisait (j’ai Ă©tĂ© assistĂ©e par 1 sage-femme et 1 auxiliaire, j’avais prĂ©cisĂ© dans mon projet de naissance que je voulais le minima en termes de personnel), elle m’encourageait, elle me disait, "Julie, tu y es ! La tĂȘte est sortie !" Et LA, j’ai eu une voix en moi qui a dit : "Je VEUX faire sortir mon BEBE !" Comme une force fulgurante, de la randonneuse qui arrive au sommet de la montagne, vraiment cette mĂ©taphore, je la sens tellement juste
 et aprĂšs 4-5 poussĂ©es, 4-5 lĂącher-prises, de m’accrocher vraiment et aller jusqu’au bout, de traverser cette intensitĂ© de la naissance
 voilĂ , il Ă©tait lĂ .

Son beau corps, un peu violet, son vernix, un peu de sang mais comme s’ il avait Ă©tĂ© embrassĂ© par des anges avec leur rouge Ă  lĂšvres, un sweet sang de sa naissance. SincĂšrement il Ă©tait comme un petit poisson, Noah a glissĂ© vers le lit, sorti d’un coup car j’avais Ă©tĂ© Ă  4 pattes tout le long
 mon premier regard posĂ© sur lui, il Ă©tait entre mes jambes, et puis j’ai enlevĂ© mon haut blanc que je portais encore et je l’ai prise sur moi, je me sentais championne du monde, je me sentais la plus puissante, c’est incroyable. J’arrĂȘtais pas de dire "I did it, chĂ©ri, I did it, I did it !" J’étais AUX ANGES. Noah allait super bien, un beau bĂ©bĂ© de 3,6 kilos, 47 cm.

Un moment de potentiel, de mon potentiel de vie, en action, ainsi que celui de mon chĂ©ri et mon bĂ©bĂ©, avec ceux des sages-femmes
 un moment de potentiel pour le reste de nos vies. C’est inscrit dans mon cƓur pour toujours. Je souhaite au plus grand nombre de femmes qui souhaitent avoir un bĂ©bĂ© de ressentir leur potentiel, car c’est un si beau cadeau pour soi et pour sa famille par la suite.

Noah est venu au sein directement, c’est moi qui l’ai pris contre moi, mon bĂ©bĂ©. Il a tĂ©tĂ© et il a Ă©tĂ© bien. Puis il a Ă©tĂ© en peau Ă  peau avec son papa pendant que GaĂ«lle m’a recousu quelques points de dĂ©chirure, pas grave du tout, et j’avais un peu de gaz pour m’aider avec la douleur. J’étais remplie d’amour. Puis on est restĂ© dans la salle 2 heures avant d’aller en suite de couches.

Vivre l’aprĂšs-accouchement Ă  la maternitĂ© pendant quelques jours

En pĂ©riode de covid, notre fille aĂźnĂ©e n’a pas pu venir Ă  la maternitĂ©

Je suis restĂ©e Ă  la maternitĂ© pendant 1 jour et demi. J’avais prĂ©vu, si les conditions permettaient, une sortie «prĂ©coce ». En pĂ©riode de covid, notre fille aĂźnĂ©e n’a pas pu venir Ă  la maternitĂ©, mais nous Ă©tions prĂ©parĂ©s Ă  cela et la rencontre avec son petit frĂšre s’est faite sous le soleil, car nous avons Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rer Rose chez la nourrice. Pareil pour les visites Ă  la maison ; nous Ă©tions vraiment dans notre bulle tous les 4 les premiĂšres semaines de la vie de Noah. Plusieurs membres de notre famille et des amis m’ont offert des bouquets de fleurs et sincĂšrement, cela m’a chauffĂ© le cƓur et fait trĂšs plaisir. Je me suis sentie entourĂ©e d’amour mĂȘme si je ne voyais pas physiquement les gens. On s’était offert avec mon conjoint les aides d’une doula, Nathalie, qui nous avait prĂ©parĂ© des plats faits maison et cela a grandement contribuĂ© Ă  ce que nous soyons bien ces 3 premiĂšres semaines si intenses.

J’avais eu Ă©normĂ©ment de chance d’avoir un employeur trĂšs conscient et en avance sur ces sujets

J’ai toujours voulu allaiter. J’ai allaitĂ© notre fille aĂźnĂ©e pendant 9 mois. J’avais eu Ă©normĂ©ment de chance d’avoir un employeur trĂšs conscient et en avance sur ces sujets, offrant Ă  toute l’équipe plus de temps Ă  la maison que les 2 mois standards de congĂ© maternitĂ©. Je me suis donc sentie soutenue.

Pour notre deuxiĂšme bĂ©bĂ©, Ă©tant entrepreneur, je me suis organisĂ©e et je m’organise pour que l’allaitement perdure, et j’aime profondĂ©ment allaiter. J’ai rĂ©ussi Ă  surmonter une mise en route sincĂšrement trĂšs dure Ă  cause des crevasses. Je peux dire que sans l’accompagnement de ma sage-femme qui s’est dĂ©placĂ©e Ă  notre domicile, je pense que j’aurais lĂąchĂ© mon allaitement, mĂȘme Ă©tant si dĂ©terminĂ©e. Il s’agit Ă©galement d’une dĂ©cision de couple. Je ressens que si mon chĂ©ri n’était tellement valorisant, reconnaissant et soutenant de l’allaitement, ce serait trĂšs compliquĂ©. Il ne m’a jamais fait sentir coupable. Au contraire, il m’a aidĂ©e, et il m’aide, Ă  garder le cap!

Je n’ai pas eu de sensibilisation, mais RIEN, sur les freins de langue / freins restrictifs et leur possible impact sur l’allaitement. J’ai appris avec ce que nous avons vĂ©cu avec Noah que prĂšs de 40% des bĂ©bĂ©s qui naissent en France aujourd’hui ont un frein restrictif
 on a du voir un spĂ©cialiste ORL qui a coupĂ© celui de Noah mais OUF! J’aurais aimĂ©e ĂȘtre informĂ©e pour ne pas autant inquiĂ©ter !

Se prĂ©parer Ă  vivre son post-partum sereinement, c’est accessible

je me suis crĂ©Ă©e des cartes d’affirmations positives

J’ai lu notamment « Guide de la naissance naturelle » de Ina May Gaskin. J’aime beaucoup le podcast « La Matrescence ». J’ai aussi Ă©coutĂ© des podcasts anglo-saxon par exemple « Birth Rock Radio » qui a des invitĂ©es pour promouvoir un paradigm positif autour de la naissance. J’ai fait du yoga prĂ©natal et de l’haptonomie, je me suis crĂ©Ă©e des cartes d’affirmations positives (« Je vais rĂ©ussir Ă  donner la vie facilement et joyeusement
 »), j’ai Ă©coutĂ© une de mes mĂ©ditations prĂ©fĂ©rĂ©e d’Edel Gött, « S’épanouir et partager la LumiĂšre », disponible sur l’appli Insight Timer. J’ai assistĂ© Ă  mes cours de prĂ©paration avec ma sage-femme. Je me suis offerte du repos en profondeur et j’ai visualisĂ©, trĂšs souvent, une belle naissance fluide.

J’ai vraiment envie que tous les futurs parents puissent ressentir qu’ils ont un plein potentiel

Absolument, j’ai quelques conseils pour les futurs parents, cela est le cƓur mĂȘme de ma future entreprise en cours de crĂ©ation ! J’ai vraiment envie que tous les futurs parents puissent ressentir qu’ils ont un plein potentiel, et leur bĂ©bĂ© aussi. Ils sont acteurs de cet Ă©tape vraiment sacrĂ©e et aussi trĂšs naturel, de la vie. Je conseille tous les futurs parents de se faire davantage confiance Ă  leurs cƓurs et Ă  leurs intuitions. Lors de la grossesse, il y a beaucoup de rdv notamment mĂ©dicaux qui s’enchaĂźnent chaque mois pour la femme. Je ressens qu’il est essentiel de trouver un cadre, que ce soit Ă  la maison et/ou accompagnĂ©s par un professionnel (sage-femme, consultant en pĂ©rinatalité ), pour ĂȘtre pleinement ensemble, pour communiquer et Ă©changer, sur la belle aventure qui les attend Ă  la naissance de leur bĂ©bĂ©. Je conseille aussi Ă  tous les couples futurs parents d’ouvrir Ă  une vision long terme, ouvrir sur un projet de vie de famille : qu’est-ce que nous avons envie de dĂ©velopper comme climat familiale ? Bien sur certaines choses changeront, s’adapteront sur le chemin
maintenant, se donner un cap, de mettre des valeurs au cƓur de leur parentalitĂ©, cela permettra Ă  de nombreux futurs parents de garder le cap quand des petites vagues apparaĂźtront.

Je conseille aussi de suivre des ateliers parents qui prĂ©parent Ă  la joie et la rĂ©alitĂ© de devenir parents, de façon Ă  ĂȘtre dans une dynamique d’évolution. Justement, cela est une de mes offres que je proposerai, et il y a aussi des magnifiques doulas qui sont lĂ  pour accompagner sur ce genre de question. Un investissement pour la Vie!

je ne me suis pas forcĂ©ment sentie prĂȘte pour le chamboulent que cela a reprĂ©sentĂ© pour notre couple

SincĂšrement, je ne m’attendais pas Ă  me sentir tellement remplie d’amour ! Oui, parfois il y avait de la fatigue et des moments difficiles. Mais la transmission que j’ai pu recevoir de ma propre mĂšre avait Ă©tĂ© baignĂ©e dans des ondes positives. Elle m’avait dĂ©crit la suite de couches, les petites nuits, et en plus je suis l’ainĂ©e de 4 filles, les 2 plus jeunes ayant 10 et 13 ans de moins que moi. C’est cela qui a Ă©tĂ© majeur : j’avais Ă©tĂ© autour de bĂ©bĂ©s depuis trĂšs jeune. Cela a changĂ© la donne pour moi.

Je peux dire aussi que je ne me suis pas forcĂ©ment sentie prĂȘte pour le chamboulent que cela a reprĂ©sentĂ© pour notre couple. Peu de personnes m’en avait parlĂ©, ou vaguement, et je peux comprendre car c’est dĂ©licat. J’aurais aimĂ© avoir justement des cercles de parole par exemple auxquels nous aurions pu participer ensemble, pour nous dĂ©poser et partager avec d’autres jeunes couples, pour revenir Ă  notre potentiel dans les moments plus durs.

C’était un babyblues dans une mer d’amour

La semaine qui a suivi la naissance, j’ai eu 3-4 jours oĂč je me sentais trĂšs chamboulĂ©e, trĂšs fleur de peau. Pour notre deuxiĂšme enfant, je l’ai plutĂŽt bien vĂ©cu car j’étais mieux informĂ©e, et j’ai embrassĂ©e mes Ă©motions avec beaucoup de douceur. Ce n’est pas une petite affaire, donner la Vie! Et c’est vraiment ok et normal de ressentir la force de cet Ă©vĂ©nement! C’était un babyblues dans une mer d’amour.

Physiquement, penser Ă  la rĂ©Ă©ducation du pĂ©rinĂ©e, c’est important ?

C’était les fĂȘtes de NoĂ«l mais elle travaillait

Je conseille Ă  toutes les femmes de prendre la rĂ©Ă©ducation du pĂ©rinĂ©e trĂšs sĂ©rieusement. Je suis Ă  5 mois post-accouchement et j’entamerai mes sĂ©ances de rĂ©Ă©ducation abdominale dans 2 semaines, aprĂšs 11 sĂ©ances pour le pĂ©rinĂ©e.

Anna, une sage-femme en or est passĂ©e Ă  la maison. C’était les fĂȘtes de NoĂ«l mais elle travaillait. GrĂące Ă  elle, j’ai pu dĂ©passer les crevasses et maintenir mon allaitement, qui se poursuit aujourd’hui. Je suis trĂšs reconnaissante envers elle.

Plus d’une vingtaine d’entretiens, des flyers distribuĂ©s dans les commerces de proximitĂ©

Cela a Ă©tĂ© un immense challenge de trouver une garde pour nos enfants. Plus d’une vingtaine d’entretiens, des flyers distribuĂ©s dans les commerces de proximitĂ©, des annonces en ligne
 ça a Ă©tĂ© trop dur. Je me pose des vraies questions sur la situation qui fait que cela a Ă©tĂ© si compliquĂ©. Nous avons enfin trouvĂ© une jeune femme trĂšs ouverte qui est nounou Ă  domicile, qui a une vocation d’ĂȘtre auprĂšs des enfants.

besoin d’innover pour que la reprise de travail d’une jeune maman soit choyĂ©e dans la douceur

Je suis en plein dans la sĂ©paration avec Noah avec la reprise du travail ! J’ai beaucoup appris de mon expĂ©rience avec mon aĂźnĂ©e. Cette fois, j’ai une vision plus long terme : je me laisse plus de temps pour m’habituer Ă  laisser Noah avec sa nouvelle nounou, je suis moins dure avec moi. C’est comme si pendant le congĂ© maternitĂ©, le temps n’existe pas. Puis tout d’un coup, du jour au lendemain, les femmes sont censĂ©es reprendre « comme avant ». Ce n’est pas possible. Nous avons absolument besoin d’innover pour que la reprise de travail d’une jeune maman soit choyĂ©e dans la douceur, la comprĂ©hension, la souplesse et le soutien. Aujourd’hui, mĂȘme si j’adore porter ce projet de vie qui m’anime en profondeur, je m’accorde le temps. Notre bĂ©bĂ© n’aura plus jamais juste quelques mois, c’est maintenant que notre prĂ©sence est essentielle. J’y vais progressivement et je me sens, du coup, plus efficiente car quand j’avance sur mes dossiers professionnels, « j’y suis » vraiment. Au contraire il n’y pas de notion de « sĂ©paration » pour moi, il y a plutĂŽt la notion de « l’espace » : je retrouve mon espace personnel vital et je respecte aussi l’espace personnel vital de notre bĂ©bĂ©. Et quand nous nous retrouvons, c’est du bonheur. Je mesure que j’ai la chance de vivre cela, et en mĂȘme temps, je ressens que c’est vraiment possible pour de nombreuses femmes, familles—si ils sont ouverts Ă  Ă©voluer et que la sociĂ©tĂ© bouge pour les soutenir et Ă  son tour, Ă©voluer aussi.

Merci Julie pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de Rose, Noah et de toi <3

Si vous souhaitez ĂȘtre accompagnĂ©s par Julie pour votre projet de parentalitĂ©, vous pouvez la contacter sur cette adresse mail : julie.foubert@gmail.com

Nous dĂ©couvrirons Julie dans une interview sur sa nouvelle activitĂ© professionnelle !