Céline & Emma : un bébé bonheur et un post partum pas si simple

Céline & Emma : un bébé bonheur et un post partum pas si simple

Céline attendra 1 an avant de tomber enceinte, une période qu’elle vit plutôt bien sans trop d’impatience. Une fois enceinte, elle vit quelques maux de grossesse, puis Emma naît. Le baby blues, l’allaitement difficile, puis un post-partum à rallonge : Céline subit une longue dépression sans véritablement s’en rendre compte. Céline a accepté de se confier pour aider les jeunes mamans qui traverseront ces moments douloureux. Bonne lecture…


Qui es-tu ?

Prénom : Céline
Age actuel : 34 ans
Prénom de mon enfant : Emma
Son âge actuel : 6 ans

Attendre de tomber enceinte impatiemment

Cela faisait 1 an que nous essayions de faire un enfant

Lorsque nous avons pris la décision de faire un enfant, j’ai décidé de choisir un gynécologue qui soit aussi obstétricien. Cela faisait 1 an que nous essayions de faire un enfant et il m’a proposé qu’on fasse déjà des tests de fertilité pour ne pas perdre plus de temps, donc j’ai fait des analyses de sang et l’hystérographie (Cela consiste en une radio de l’utérus avec injection d’iode), et mon mari a fait un spermogramme.

Je n’étais pas vraiment inquiète de ne pas tomber tout de suite, mais cela nous a rassuré de démarrer le suivi sur de bonnes bases.

La barre rose est apparue avant même la fin du temps à attendre avant résultat

J’ai appris que j’étais enceinte car j’ai eu 1 semaine de retard, donc j’ai fait un test de grossesse un matin au réveil mais j’étais mitigée. Ce n’était pas le premier test (les autres ayant été négatifs bien sûr !), donc j’avais un peu d’espoir mais pas trop. Et là, la barre rose est apparue avant même la fin du temps à attendre avant résultat! J’étais super contente, je suis allée réveiller le papa pour lui dire ! Et nous sommes allés chez le médecin pour faire une prescription pour une prise de sang faite le jour même ! Une fois que nous avons eu le résultat de la prise de sang, nous l’avons annoncé très rapidement car ma tante était très malade, et ça a permis de donner une bonne nouvelle dans la famille! J’étais au chômage à ce moment-là.

Découvrez nos parfaites box pour femmes enceintes : à s’offrir ou à offrir !

j’ai perdu plus de poids que je n’en ai pris

Pendant le 1er trimestre, oui grosses nausées, donc je ne mangeais pas beaucoup, résultat : j’ai perdu 5 kilos ! En tout, sur la grossesse, si l’on compare mon poids de début de grossesse, avec celui d’avant accouchement, je n’ai pris que 7 kilos. Mais en réalité, j’ai perdu plus de poids que je n’en ai pris ! Mais pour les nausées, je n’ai pas testé de remèdes, j’ai attendu que ça passe. En revanche, j’avais une hernie hiatale, donc de gros reflux en temps normal, alors sur la fin de la grossesse, c’est devenu particulièrement difficile avec des régurgitations pendant la nuit… Donc là je prenais de l’inexium et du gaviscon… Le papa non, n’a pas fait de couvade particulièrement.

J’avais des envies de pain au chocolat


Je n’ai pas l’impression, je crois que j’avais des envies de pain au chocolat mais je ne sais pas si c’était lié à la grossesse ! haha. Je n’avais pas de restrictions concernant le lait cru car immunisée contre la toxoplasmose, mais je ne buvais pas d’alcool. Je suis fumeuse depuis très longtemps et je n’ai pas arrêté de fumer pendant la grossesse, j’ai diminué fortement mais mon médecin m’avait déconseillé d’arrêter car je suis une grosse fumeuse.

Quand aux soins et cosmétiques, je n’y ai pas forcément porté trop d’attention.

L’accouchement, ça se prépare !

Rien ne prépare vraiment à l’accouchement

Nous avons participé aux cours de préparation à l’accouchement avec le papa. Ce qui n’a pas été très utile car j’ai eu une césarienne au final et que ça ne prépare pas à ça ! En réalité, rien ne prépare vraiment à l’accouchement et surtout à la suite, il faut le vivre pour vraiment l’appréhender.
Nous souhaitions connaître le sexe du bébé tous les 2.

Le bébé arrive !

3h après cette épilation, je fissurais la poche des eaux

Le jour où Emma est née, je me suis réveillée avec des douleurs de ventre. Mais je n’ai pas reconnu ça comme des contractions, je pensais juste que j’étais "dérangée". Puis comme la césarienne était prévu 2 jours plus tard, je suis allée me faire épiler intégralement pour être tranquille avec la repousse…(sinon ils rasent!) 3h après cette épilation, je fissurais la poche des eaux! Dans les heures qui ont suivi ma dernière sortie (chez l’esthéticienne donc), j’ai eu de nouveau mal au ventre, mais encore une fois j’ignorais que c’était des contractions, et je n’arrivais pas à chronométrer une certaine régularité. Et puis j’ai remarqué que ça coulait, donc je suis allée aux toilettes, et là en m’asseyant, plus rien ne coulait, mais dès que je bougeais oui. J’ai donc appelé la maternité qui m’a dit de venir pour voir. J’ai prévenu le papa qui était au travail, ma mère qui devait passer me prendre, et finalement une de mes amies qui était en route pour un dernier dîner chez moi fut la personne qui m’a conduite à la maternité dans ma propre voiture! Je pense qu’elle se souviendra de la naissance d’Emma toute sa vie! haha.

J’ai été prise en charge, dilatée à 2 cm

J’ai fissuré la poche des eaux, ce qui est particulièrement désagréable car dès qu’on marche ça coule…Donc je suis arrivée à la maternité en voiture en même temps que mon mari, ma mère et mon frère (qui a récupéré ma voiture et libéré ma pote!) Je suis arrivée et j’ai été prise en charge, dilatée à 2 cm. Je devais faire une césarienne programmée 2 jours plus tard car j’ai la colonne vertébrale très cambrée donc mon médecin craignait que bébé (gros bébé!) ne passe pas, donc ils ont pu me faire aller au bloc assez vite puisqu’ils avaient déjà mon dossier prêt pour le surlendemain! Le papa a pu venir au bloc une fois que j’étais anesthésiée (péridurale et rachianesthésie) et il est ensuite allé rejoindre notre fille pendant qu’on me recousait. Emma pesait 4,240 kg et soi-disant 50,5cm (mais 1 mois après elle en faisait 57… donc je pense qu’ils l’ont mal mesurée), un sacré bébé, l’équivalent d’un bébé d’1 mois presque! Heureusement que nous n’avons pas tenté l’accouchement par voie basse car nous aurions souffert toutes les 2, pour finir par une césarienne

Offrez nos box cadeau de naissance pour bébé et maman !

Et l’après, à la maternité ?

J’acceptais les visites mais en fait ça m’a vraiment crevé.

Je suis restée 6 nuits à la maternité. J’acceptais les visites mais en fait ça m’a vraiment crevée car bébé dormait pendant les visites, mais pas moi! On en a eu beaucoup!

A la maison ça s’est un peu calmé les visites, et puis chez soi ce n’est pas pareil…Nos parents nous ont offert la poussette et le lit, je crois que c’était les cadeaux qui nous ont fait le plus plaisir, car vraiment utiles! Ceci dit, tous les cadeaux nous ont fait plaisir, peut-être certains vêtements moins que d’autres…

Le pied peut être un peu violet mais ce n’est rien

J’ai eu une inquiétude car elle avait les pieds trop tournés vers l’intérieur (la faute au manque de place dans mon ventre pour sa grande taille!), et il a fallu pendant 3 semaines lui mettre des bandages, et je me souviens encore le kiné disant: "vous tirez bien vers l’extérieur, vous verrez le pied peut être un peu violet mais ce n’est rien!" C’était horrible! Heureusement c’est vite rentré dans l’ordre mais ça a fait mal au coeur d’entendre ça!

Pour l’allaitement je n’ai pas été assez soutenue par le personnel, mais j’en parle juste après !

Faire le choix d’allaiter

Mieux vaut donner le biberon en souriant que de pleurer en allaitant

J’ai choisi d’allaiter, je partais du principe "je vais essayer et si ça marche tant mieux, et sinon tant pis!", ça me semblait naturel mais si ça ne marchait pas, je n’en ferai pas une maladie! ça c’était la théorie…Dans la pratique, j’ai essayé, et j’ai arrêté en sortant de la maternité ! Emma n’avait pas repris son poids au bout de 6 jours, elle ne se nourrissait pas assez bien, elle têtait mais je pense qu’il n’y avait pas grand-chose…Mais moi ça m’épuisait! Et puis j’ai eu des crevasses dès le 2ème jour, il a fallu utilisé des bouts de sein que je ne pouvais laver qu’avec du gel douche…l’horreur! Du coup, ma mère et ma belle-mère m’ont dit quelque chose de bien : mieux vaut donner le biberon en souriant que de pleurer en allaitant ! C’était tout à fait ça! Sauf que j’ai culpabilisé beaucoup ! Mais Emma a très bien vécu le passage au biberon, peut-être plus de régurgitations mais c’est normal vu qu’elle ne buvait pas beaucoup au sein… Le fait est que je n’ai pas vraiment souffert du sevrage, je n’ai pas eu très mal aux seins, ni besoin de prendre de médicaments pour stopper les montées de lait…il y en avait peu!

Puis le post-partum, une période qui peut être douloureuse

j’étais agressive, sur la défensive, je perdais patience rapidement et à fleur de peau

Je savais pour le baby blues, je l’ai bien ressenti à partir de la première montée de lait ! Mais le post-partum je m’en suis rendue compte bien tard, car finalement j’ai fait une dépression plutôt masquée : je n’étais pas au fond de mon lit car j’avais un bébé à m’occuper, mais j’étais agressive, sur la défensive, je perdais patience rapidement et à fleur de peau…J’ai tenu longtemps car on est dans une routine et on évite l’introspection, et j’ai fini par demander de l’aide et j’ai bien fait! Un jour j’ai dit à mon médecin: je crois que le baby blues dure un peu trop (ma fille avait presque 2 ans!), donc il m’a fait une prescription pour aller voir un psychiatre, et au bout de quelques séances, je suis arrivée en larmes et j’ai pris un anti-dépresseur pendant 1 an et quelques. ça m’a fait un bien fou! ça m’a servi de béquille, j’ai fait une thérapie avec une psychologue en même temps, et aujourd’hui je continue la thérapie car mon métier de psychologue l’exige mais ce n’est plus pour les mêmes raisons!

Je ne fais pas partie des femmes qui disent aux autres femmes que l’accouchement ce n’est rien, que ce sera leur plus beau jour, etc etc. Car j’avais un ami qui avait eu un bébé 4 mois avant nous et qui n’arrêtait pas de dire "tu vas voir c’est que du bonheur", et ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti! Donc je me suis sentie comme une "merde" car je ne me trouvais pas normale de ne pas ressentir ça! Encore une fois je culpabilisais. Donc voilà ce que j’aurai apprécié de savoir: NON ce n’est pas que du bonheur! C’est aussi un vrai bouleversement de vie et ce n’est pas facile du tout, et c’est normal de ressentir ça.

Mon médecin a estimé que je n’avais pas besoin puisque accouchement par césarienne

Pour la rééducation du périnée, non je ne l’ai pas suivie car mon médecin a estimé que je n’avais pas besoin puisque accouchement par césarienne. Avec le recul, je pense que j’aurai dû le faire quand même.

Pour la sage-femme oui elle est venue 2 fois je crois, notamment pour m’enlever les points de suture. Mais pas beaucoup plus. j’ai apprécié qu’elle vienne à domicile.

Je n’ai pas honte de dire que je n’ai pas du tout pleuré

La reprise a eu lieu 2 ans plus tard, Emma a été dans un premier temps une journée par semaine en halte-garderie, puis après au jardin d’enfants. ça s’est très bien passé, je n’ai pas honte de dire que je n’ai pas du tout pleuré, au contraire! ça m’a fait un bien fou!! Je commençais un stage pour valider mon diplôme en France (mon diplôme de psychologue est un diplôme espagnol et il a fallu que je refasse des stages et un rapport pour pouvoir être reconnue psy en France) et là j’ai commencé à m’épanouir, retrouver du temps pour moi, ça faisait du bien! Et c’est ce que je conseille à toutes les mamans!

Merci Céline pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de toi et d’Emma <3