Déni de grossesse, c'est quoi ? Etre enceinte sans le savoir

DĂ©ni de grossesse, c'est quoi ? Etre enceinte sans le savoir

Publié le

Le déni de grossesse, c’est quoi ? Comment est-ce possible ? Comment savoir si j’en fait un ? Ce phénomène incroyable pose beaucoup d’interrogations. Beaucoup de statistiques et de pourcentages déni grossesse sont donnés chaque année sans réellement savoir ce qu’il en est. Il est estimé que c’est entre 600 et 3 000 naissances qui sont concernés par le déni de grossesse. Un déni de grossesse, c’est une femme qui est enceinte sans en avoir conscience, qui attend un bébé sans le savoir. Comment savoir qu’une femme est en déni de grossesse sans symptômes ? Dans cet article complet, découvrez les tests à réaliser pour savoir si l’on fait un déni de grossesse, comment s’explique-t-il ? Est-ce possible d’être enceinte sans le savoir sous pilule ou stérilet ? Quels sont les risques pour la future maman et le futur bébé ?


Déni de grossesse : c’est quoi ?

Le déni de grossesse correspond à une grossesse sans que la femme enceinte s’en aperçoive après son 1er trimestre de grossesse, c’est à dire à partir de sa quinzième semaine d’aménorrhée. C’est donc un terme pour parler du fait d’être enceinte sans s’en apercevoir, sans en être consciente. La grossesse sera alors dite "invisible", physiquement, ça ne se voit pas, le ventre ne se développe pas et aucun symptôme n’apparaît. Connaissez-vous l’inverse du déni de grossesse ? On parle de grossesse nerveuse pour les femmes qui ne sont pas enceinte mais qui développent les symptômes d’une grossesse. Toutes les femmes peuvent être concernées, il n’y a pas de statistiques prouvant qu’une tranche d’âge ou qu’un certain milieu serait plus touché. Une femme déjà maman peut également faire un déni de grossesse, cela ne concerne pas uniquement les femmes enceintes pour la 1ère fois. Il existe 2 types de déni de grossesse : le déni de grossesse partiel et le déni de grossesse total. Découvrez dans l’article quelle est la différence entre ces 2 cas.

Quels sont les symptômes déni de grossesse ?

Légitimement, vous avez envie de savoir, lors d’un déni de grossesse : quels sont les signes ? Quels sont les symptômes que l’on peut ressentir lors d’un déni de grossesse ? Quels sont les signes d’un déni de grossesse ? Comment savoir si on est enceinte sans aucun symptôme ? Et bien tout le problème est là. Lors d’un déni de grossesse, il n’y a pas de symptômes. Si quelques rares symptômes déni de grossesse pointent le bout de leur nez, ils sont vite éteints par la non connaissance de la grossesse. Mais pourquoi n’a-t-on pas de symptômes ? On peut parler de défense psychologique, notre cerveau est très doué pour nous protéger d’une réalité que l’on ne souhaite pas.

Une femme en déni de grossesse n’aura pas :

- de retard de règles : est-ce que pendant un déni de grossesse on a ses règles? C’est très difficile à comprendre mais quand une femme ne consciencise pas sa grossesse, elle a ses règles. C’est évidemment le premier signe que l’on surveille lorsque l’on a un doute sur une grossesse. Un déni de grossesse règles douloureuses ne sera pas forcément le cas.
- de nausées
- de vomissements
- de prise de poids : on peut même noter que certaines femmes perdent du poids.
- de ventre arrondit : le bébé ne se place pas dans l’utérus comme lors d’une grossesse normale. L’utérus va plutôt s’allonger, le bébé sera alors également plus allongé, collé contre la colonne vertébrale, derrière les côtes. Concernant l’utérus, pendant ce déni de grossesse ventre gonflé.
- de fatigue
- de somnolence
- de maux à la poitrine : ni seins gonflés ni seins sensibles
- des envies régulières de pipi
- de mouvements de bébé : souvent les petits coups du futur bébé sont ressentis vers la 20ème semaine de grossesse. Dans le cas d’un déni de grossesse, soit ces petits coups passeront inaperçus, soit ils seront confondus par le travail du système digestif, comme un déni de grossesse gargouillement.

Quelles sont les douleurs d’un déni de grossesse ?

Cependant si vous êtes attentive, si vous soupçonnez un déni de grossesse, demandez vous si vous avez quelques douleurs abdominales ou un déni de grossesse symptômes mal de dos. Comment sont les règles lors d’un déni de grossesse? Vos règles ne sont-elles pas plus espacées ou plus irrégulières que d’habitude ? Une petite bosse n’est-elle pas visible au niveau de l’abdomen, sous la poitrine ? En aucun cas vous ne devez valider un diagnostic réalisé par vous même. Consultez un médecin qui pourra vous faire passer des tests.

Peut-on faire un déni de grossesse sous contraception ?

Est-ce possible de faire un enfant déni de grossesse sous pilule contraceptive, sous stérilet ou tout autre moyen de contraception ? Il faut bien se rappeler qu’aucune contraception n’est fiable à 100%. Vous pouvez tomber enceinte dès lors que vous avez un rapport sexuel. Le risque est minime mais réel. Le risque augmente si la prise de pilule est irrégulière ou si vous n’avez pas changé de stérilet depuis de nombreuses années par exemple. Donc oui, on peut tomber enceinte et faire un déni de grossesse sous pilule ou sous stérilet. Rassurez-vous, il est rare de tomber enceinte sous contraception et encore plus de faire un déni de grossesse.

Si vous prenez la pilule ou si vous avez un stérilet, vos règles seront provoquées plus facilement, cela peut-être de fausses menstruations, ce qui complique le diagnostic d’une grossesse.

Les différents types de dénis de grossesse : le déni de grossesse partiel et le déni de grossesse total

En début d’article, nous précisions qu’il existe 2 types de déni de grossesse : le déni de grossesse partiel et le déni de grossesse total. Quelle est la différence ?

- Le déni de grossesse partiel : la femme enceinte prend conscience de sa grossesse entre sa 14ème SA (semaine d’aménorrhée) au premier trimestre de grossesse, et son terme de la grossesse. Elle apprend qu’elle est enceinte avant l’accouchement et développe alors quasiment du jour au lendemain les symptômes physiques avec notamment un petit ventre arrondi.

- Le déni de grossesse total ou complet : la femme enceinte n’apprend sa grossesse que le jour de son accouchement. Il s’agit d’une minorité puisque l’on compte 38% des cas de dénis de grossesse soit 1/3 environ.

Comment savoir si on fait un déni de grossesse ?

Si l’on en n’a pas conscience, s’il n’y a pas de gros symptômes, alors comment savoir si l’on est enceinte, comment détecter un déni de grossesse ? Est-ce qu’un déni de grossesse se voit sur un test de grossesse ? Quel test réaliser pour identifier un déni de grossesse ? 

Si vous avez des soupçons déni de grossesse, vous allez sûrement vouloir vérifier.
Il n’existe pas de déni de grossesse test mais c’est plutôt simple, vous pouvez faire un simple test de grossesse à acheter en pharmacie. Il faut uriner sur un petit bâton et attendre quelques minutes afin de connaître le résultat. Même si vous faites un déni de grossesse, le résultat sera positif, impossible d’avoir un déni de grossesse test négatif.

Il n’existe pas de déni de grossesse test en ligne. Il faut que le test soit physique. Vous pouvez, en complément ou à la place du test du bâton, aller chez votre gynécologue ou sage-femme pour un examen médical. Il vous auscultera et/ou vous pourrez réaliser une prise de sang. Vous pourrez aussi faire une échographie. Il est impossible qu’une grossesse soit dissimulée lors d’une échographie.

La femme enceinte peut consulter si elle a des soupçons ou même lors d’une visite de routine et s’aperçevoir alors de sa grossesse. Aussi, si les douleurs abdominales sont de plus en plus fortes, vous consulterez naturellement le corps médical qui pourra programmer une échographie.

Attention toutefois, un médecin généraliste pourra ne pas voir votre grossesse. D’après un rapport : dans 38% des cas des femmes faisant un déni de grossesse, le médecin n’a pas soupçonné de grossesse.

Quelles sont les causes d’un déni de grossesse ? 

Pourquoi fait-on un déni de grossesse ? Ce phénomène est assez incroyable, le monde de la médecine se pose beaucoup de questions : qu’est-ce qui provoque le déni de grossesse ? Comment s’explique un déni de grossesse ? On peut le considérer tabou, néanmoins, la parole se libère et permet aux femmes qui ont fait un déni de grossesse de moins culpabiliser. Ca n’est en AUCUN CAS leur faute. Le corps est capable de dissimuler une grossesse rien que par la force de l’esprit. On parle alors d’un mécanisme de défense psychique. Le déni de grossesse est d’ailleurs catégorisé comme un trouble psychiatrique. Le cerveau de la femme se défend inonsciemment le conscient pour se protéger. Seule la femme enceinte pourra alors comprendre à l’aide d’un professionnel ses angoisses ou traumatismes qui l’ont amené à ne pas avoir conscience de sa grossesse. Crainte de porter un enfant, peur de l’accouchement, histoire personnelle, rapport au corps ou à la sexualité, traumatisme dans l’enfance… 

On pourra souligner que même si toutes les femmes peuvent être sujette au déni de grossesse, il y a des facteurs à risques :

- si la femme pense être stérile, elle est alors certaine qu’aucune grossesse n’est possible.
- si la femme a subi des abus sexuels dans l’enfance,
- si la femme a subi une agression sexuelle,
- en cas de grossesses rapprochées…

Y a-t-il un risque pour l’enfant à naître ou la mère ?

Après tout, cette grossesse ne se déroule pas normalement, le corps ne réagit pas de la meilleure des façons, il n’a aucun suivi médical durant les mois du déni de grossesse. Que se passe-t-il donc après l’accouchement qui suit un déni de grossesse ? Quelles sont les conséquences d’un déni de grossesse pour la mère et pour l’enfant ?

Tout d’abord, on peut penser aux habitudes de la femme enceinte. Si elle ne se sait pas enceinte, elle va continuer de boire de l’alcool, ou de fumer des cigarettes alors que les 2 sont totalement interdits, du moins TRES fortement déconseillés en cas de grossesse. On peut craindre aussi la prise de certains médicaments non recommandés pendant la grossesse. Tous ces dangers peuvent mettre en péril le bon développement du fœtus ou provoquer une prématurité. On évoque aussi les aliments dangereux : le lait cru, le saumon, foie gras, viande non cuite, légumes et fruits non lavés…

Cependant, le placement allongé du fœtus dans l’utérus ne cause en aucun cas des soucis.

Nous pouvons souligner le côté plus psychologique. Les 9 mois de grossesse permettent au bébé et à la maman de construire un lien unique. Apprendre sa grossesse tardivement peut compliquer la mise en place de ce lien fort et avoir d’autres conséquences psychologiques. Dans ce cas, vous n’hésiterez pas à vous faire accompagner par un professionnel afin de parler et de pouvoir vous retrouver. Parmi les conséquences psychologiques, on note : le choc et donc le refus de cette maternité, la difficulté à créer un lien fort avec bébé, des traumatismes liés aux douleurs de l’accouchement, la culpabilité, ou encore la dépression post-partum.

Lors de l’accouchement, si la future maman n’a pas été préparée ni suivie durant toute sa grossesse inconsciente, il peut y avoir des complications. Si la future mère ne se rend pas aux urgences suite aux douleurs abdominales, elle peut accoucher chez elle sans assistance médicale et cela peut-être dangereux.

Après l’accouchement qui suit un déni de grossesse, la jeune maman peut choisir de garder son bébé ou de réaliser les procédures pour accoucher sous X afin de faire adopter son bébé.

Il existe de nombreux déni de grossesse témoignage qui pourront vous aider à savoir que faire dans ce cas.