Victoria, Lucas & William : vivre sa grossesse et accoucher en Suède

Victoria, Lucas & William : vivre sa grossesse et accoucher en SuĂšde

Victoria tombe enceinte rapidement de son 1er enfant, elle se trouve alors en SuĂšde avec son mari. Loin des siens, elle vit sa grossesse sereinement et dĂ©couvre la vision suĂ©doise, de la maternitĂ©. Moins de contrĂŽle, plus de sushis, moins de prise de sang, moins de prise
 de tĂȘte ! Suivre son instinct est primordial, lĂącher prise, aussi. Victoria nous raconte ses 2 grossesses, l’une en SuĂšde, l’autre en France. En lisant ce beau tĂ©moignage, partez Ă  la dĂ©couverte de 2 cultures diffĂ©rentes et nourrissez votre curiositĂ© attisĂ©e ! Bonne lecture



Qui es-tu ?

Ton prĂ©nom : Victoria
Ton ñge actuel : 28 ans
Le prĂ©nom de tes enfants : Lucas et William
L’ñge de ton enfant : (bientît) 3 ans & 1 an et demi

Tomber enceinte sans aucune préparation, simplement

J’ai appris ma grossesse Ă  11 SA donc je n’ai pas eu de prĂ©paration

Grossesse 1 : Nous Ă©tions en SuĂšde et je ne me suis absolument pas prĂ©parĂ©e, ça ne m’a pas traversĂ© l’esprit je dois dire. Je suis tombĂ©e enceinte trĂšs rapidement aprĂšs que l’on ait dĂ©cidĂ© d’avoir un enfant donc je n’ai mĂȘme pas eu le temps de me poser beaucoup de questions. 

Grossesse 2 : Quant Ă  William, il est arrivĂ© comme une fusĂ©e aussi, je n’avais pas eu de retour de couche et j’allaitais exclusivement, je ne pensais pas ĂȘtre enceinte si rapidement aprĂšs Lucas. J’ai appris ma grossesse Ă  11 SA donc je n’ai pas eu de prĂ©paration ou le temps de rĂ©flĂ©chir non plus. 

je me suis demandĂ©e comment ca allait se passer, surtout que j’étais loin de ma famille, en SuĂšde

Grossesse 1 : Je sentais que j’étais enceinte, j’ai fait un test toute seule, un soir alors qu’Oskar Ă©tait Ă  une soirĂ©e d’entreprise. J’ai eu peur, je me suis demandĂ©e comment ca allait se passer, surtout que j’étais loin de ma famille, en SuĂšde. MĂȘme si c’était grandement voulu, voir ce petit " + " m’a fait peur, car cela se concrĂ©tisait et c’était un saut dans l’inconnu. Nous avons doucement annoncĂ© Ă  notre entourage et tout le monde Ă©tait ravi, je me souviens avoir achetĂ© des tickets de jeux Ă  gratter pour mes parents oĂč il Ă©tait inscrit " tu vas ĂȘtre papi/mami". C’était rigolo. Je suis Ă  mon compte, donc l’annonce au travail n’a pas posĂ© de souci. :) 

Grossesse 2 : J’étais Ă  1000 lieux de m’imaginer enceinte, j’ai fait un test car Oskar me le demandait, je vous laisse imaginer ma tĂȘte lorsque j’ai vu le rĂ©sultat. J’ai aussi eu peur, mais j’étais partagĂ©e entre je suis super contente et comment on va faire? :)

Le suivi de la femme enceinte en Suùde : prise de sang & alimentation

Je me suis sentie un petit peu infantilisée


Grossesse 1 : En SuĂšde, le suivi est trĂšs minimal, ils partent du principe que si tout va bien, nous n’avons pas besoin d’ĂȘtre "suivie". Je n’ai jamais Ă©tĂ© testĂ©e pour la toxoplasmose et j’ai eu que quelques prises de sang et quelques RDV avec une SF. 

Les premiĂšres semaines ont Ă©tĂ© ponctuĂ©es de nausĂ©es mais autrement j’ai eu une grossesse trĂšs facile, j’ai testĂ© les bracelets d’acuponcture qui ont Ă©tĂ©, je pense, trĂšs efficaces. J’ai perdu du poids au dĂ©but et pris un petit peu durant ma grossesse mais seulement 7kg. Le papa n’a pas fait de couvade sur la premiĂšre grossesse.

Grossesse 2 : J’ai Ă©tĂ© en France, cela a Ă©tĂ© un petit peu difficile pour moi puisque je n’étais pas immunisĂ©e contre la toxo, j’ai eu beaucoup de contrĂŽle et j’ai refusĂ© le test de glucose. Je me suis sentie un petit peu infantilisĂ©e car je me sentais bien et je n’avais aucun problĂšme donc je voulais qu’on me laisse tranquille pour que je puisse vivre tranquillement ma grossesse. 

Ils partent du principe qu’il faut suivre notre instinct

Grossesse 1 : En SuĂšde, les recommandations sont similaires en France Ă  part les sushis au saumon qui sont autorisĂ©s. Ils partent du principe qu’il faut suivre notre instinct. Je n’ai jamais bu, ni mangĂ© de choses dĂ©conseillĂ©es mais j’ai mangĂ© beaucoup de sushis et de fruits. Et d’ailleurs, il adore cela aujourd’hui. 

Grossesse 2 : J’ai suivi la mĂȘme chose que pour ma premiĂšre grossesse, mais je n’avais pas les mĂȘmes envies : viande & frite. ce que je DETESTAIS pour ma premiĂšre grossesse. 

J’utilise dĂ©jĂ  des produits assez naturels

Grossesse 1 : J’utilise dĂ©jĂ  des produits assez naturels, j’ai pas vraiment fait attention plus que d’habitude. 
Grossesse 2 : Pareil que pour ma premiùre grossesse.

PrĂ©paration Ă  l’accouchement en SuĂšde & en France : les diffĂ©rences

Elle encourage vraiment à ce qu’on lñche prise

Grossesse 1 : Aucune prĂ©paration n’est vraiment recommandĂ©e en SuĂšde, c’est un peu " go with the flow". Nous avons un amphi de 2h en groupe de
 100 personnes. (c’était avant Corona!) La Sage Femme me recommandait de ne pas vraiment faire de plan de naissance car ca peut changer le jour J. Elle encourage vraiment Ă  ce qu’on lĂąche prise. Ce qui ne me posait aucun problĂšme. Je suis de nature optimiste, je voulais absolument pas me polluer avec des choses difficiles (par exemple, comment cela se passe en cas de cĂ©sarienne code rouge ou de problĂšme
) Je prĂ©fĂšre gĂ©rer les choses comme elles viennent. Je n’ai donc pas fait de plan de naissance (bien que j’avais quelques choses que je voulais comme ne pas couper le cordon trĂšs vite, faire du peau Ă  peau
 mais c’est la procĂ©dure normale en SuĂšde.) Le papa a Ă©tĂ© prĂ©sent Ă  l’amphi et s’est aussi renseignĂ© de son cĂŽtĂ© car il avait besoin de savoir ce qu’il se passerait en cas de problĂšme, il prĂ©fĂšre ĂȘtre prĂȘt au cas ou. Tous les soins sont pris en charge, je n’ai jamais payĂ© quoi que ce soit Ă  part 20€ de sĂ©jour Ă  l’hĂŽpital pour le papa et les photos des Ă©chographies, qui elles sont payantes, 5€ la photo. 

Grossesse 2 : Nous avons suivi une prĂ©paration avec une sage femme, j’ai pu faire de l’acupuncture, de la sophro et prĂ©parer mon plan de naissance naturel, bien que je savais que tout pouvait changer. Le papa a Ă©tĂ© moins inclus (du fait de la langue aussi car il ne parle encore trĂšs bien français et l’anglais n’est pas notre point fort.) mais au final tout s’est super bien passĂ© pour lui car il savait Ă  quoi s’attendre. J’ai beaucoup aimĂ© le suivi que j’ai eu pour la seconde grossesse, surtout avec l’acupuncture.

j’étais SURE que j’attendais une fille

Grossesse 1 : Non je n’ai pas voulu savoir le sexe de bĂ©bé ! Je suis trĂšs curieuse et j’étais SURE que j’attendais une fille.
Grossesse 2 : Non plus ! Je me doutais que c’était un garçon cette fois-ci. 

L’accouchement et le sĂ©jour Ă  la maternitĂ© en SuĂšde et en France

On n’est jamais sure d’accoucher dans l’hîpital le plus proche, si c’est complet

Grossesse 1 : TrĂšs sereine, j’avais dĂ©passĂ© le terme et je savais que c’était le bĂ©bĂ© qui arrivait. La douleur ne m’a pas surprise, elle a Ă©tĂ© trĂšs progressive. Le papa, quant Ă  lui, ne rĂ©alisait pas trop et prenait son temps. Je suis restĂ©e dans ma bulle, j’ai attendu en regardant la tĂ©lĂ© et puis j’ai appelĂ© l’hĂŽpital pour savoir s’il y avait des places. On n’est jamais sure d’accoucher dans l’hĂŽpital le plus proche, si c’est complet, nous allons dans le suivi et ainsi de suite. Il y avait de la place dans celui qui est le plus proche, ils m’ont demandĂ© comment je me sentais et si je voulais rester un peu Ă  la maison en essayant de prendre une douche, des spasfons pour voir " si la douleur passait ". Il Ă©tait environ 13h. Je suis restĂ©e encore un peu au lit, puis je voulais prendre une douche mais les contractions se sont accĂ©lĂ©rĂ©es, j’ai voulu aller Ă  la maternitĂ© pour faire un contrĂŽle. Le temps de prĂ©parer le taxi, qu’Oskar mange, nous sommes partis vers 16h. 

Grossesse 2 : Cela faisait 2 jours que j’avais des contractions mais tout s’arrĂȘtait ensuite, j’étais Ă  37+4 donc je ne me suis pas alarmĂ©e et vu que je m’occupais du 1er, parfois c’était aussi liĂ© Ă  la fatigue. Je me suis rĂ©veillĂ©e une nuit et j’ai senti que c’était bientĂŽt. Mon premier s’est rĂ©veillĂ© et est venu dormir avec nous, je ne me suis pas rendormie. Le lendemain matin j’avais un contrĂŽle Ă  l’hĂŽpital donc j’étais super heureuse d’y aller, et j’ai emmenĂ© toutes mes affaires. J’ai dit au revoir Ă  Lucas en pensant que la prochaine fois serait avec son petit frĂšre ou soeur. Le matin, je devais aller signer la reconnaissance paternelle (j’avais tout prĂ©parĂ© pour que le papa ait le moins de paperasse française possible Ă  faire!)

J’en avais marre de recevoir 50 messages par jour pour savoir quand j’allais accoucher

Grossesse 1 : Nous sommes arrivĂ©s en taxi, je marchais, je rigolais. J’étais heureuse d’arrivĂ©e Ă  l’hĂŽpital. Je n’avais voulu prĂ©venir personne car j’avais peur que ca ne soit pas pour aujourd’hui. J’en avais marre de recevoir 50 messages par jour pour savoir quand j’allais accoucher. Ils nous ont installĂ©s dans une chambre, nous n’avons pas de salle de prĂ© travail en SuĂšde, j’ai Ă©tĂ© examinĂ©e et j’étais dĂ©jĂ  Ă  7. What ? 7 ??? Tout est allĂ© ensuite trĂšs vite, les contractions se sont enchainĂ©s. J’ai pu testĂ© le gaz hilarant, jusqu’à ce que les SF se rendent compte que ce n’était pas branchĂ©. Je trouvais que ca marchait bien pourtant, comme quoi
 ! Je rĂȘvais de prendre un bain, mais une fois dedans, je voulais ressortir directement. Comme quoi, on peut rien prĂ©voir, Tout s’est enchainĂ©. Je voulais accoucher le plus naturellement possible mais j’ai demandĂ© Ă  avoir une pĂ©ridurale. (que je n’ai pas eu car j’étais trop avancĂ©e) mais j’ai eu la possibilitĂ© d’avoir une "pĂ©ri de fin de travail". C’est une piqure Ă  usage "unique" dans le dos, c’était gĂ©nial car toute la douleur a disparu mais ça a Ă©tĂ© trĂšs rapide et elle est revenue mais puissance 10. mais le bĂ©bĂ© est arrivĂ© trĂšs vite aprĂšs et on oublie super vite. Je me souviens avoir dit “si j’avais su que c’était cela, j’aurai moins stressĂ©â€. En SuĂšde, l’accouchement est avec une Sage femme et une aide soignante. Si ça ne se passe pas comme prĂ©vu, un gynĂ©co vient. Mon bĂ©bĂ© pesait 3470gr et 52cm ! Nous sommes tout a fait libre de nos mouvements et choix, les suĂ©dois sont trĂšs respectueux. Bien que les protocoles restent similaires Ă  la France. Le papa a pu ĂȘtre prĂ©sent du dĂ©but jusqu’à la fin. 

Grossesse 2 : J’ai accouchĂ© en France cette fois-ci et j’ai Ă©tĂ© trĂšs satisfaite aussi. Le jour J s’est dĂ©roulĂ© trĂšs rapidement : j’avais un RDV de contrĂŽle Ă  l’hĂŽpital. Je sentais des contractions mais absolument pas rĂ©guliĂšres. Je me suis donc pas forcĂ©ment alarmĂ©e. Je suis contrĂŽlĂ©e Ă  12h et elles me disent de rentrer, que tout va bien. Je suis super déçue car je croyais que j’allais bientĂŽt accoucher. On rentre, et ça continue, ça s’intensifie. Vers 17h, je veux retourner faire un contrĂŽle. Le temps d’arriver (en marchant avec le sourire) et le temps d’ĂȘtre installĂ©e en salle de prĂ© travail, m’a paru une Ă©ternitĂ©. Et j’ai au final accouchĂ© dans cette mĂȘme salle 20 mins aprĂšs mon arrivĂ©e, toute habillĂ©e, sans perf, avec deux sages femmes trĂšs gentilles. Le papa a Ă©tĂ© prĂ©sent tout le long et j’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© la gentillesse et le fait que tout le monde explique leurs gestes (chose qu’ils n’ont pas fait en SuĂšde.)

je ne l’avais dit Ă  personne pour ĂȘtre tranquille

Grossesse 1 : Je suis rentrĂ©e Ă  J+2 pour mon premier. C’est trĂšs similaire de l’organisation Française, a part qu’ils nous encouragent Ă  rentrer chez nous tĂŽt. Les examens sont globalement les mĂȘmes mais Ă  la maternitĂ©, ils nous laissent tranquilles et nous expliquent qu’ils sont la en cas de besoin mais il y a beaucoup moins de contrĂŽle du genre “il a tĂȘtĂ© il y a combien de temps ? “ (Ă  5h du mat alors que tout le monde dort)
Les visites sont interdites hormis les frĂšres et sƓurs du bĂ©bĂ© (et encore c’était avant COVID. Maintenant personne ne peut venir) 
J’ai adorĂ© tous les cadeaux, mais je n’ai pas Ă©tĂ© ravie d’avoir 35000 peluches car je ne savais plus quoi en faire :) Des choses trĂšs pratiques comme les activitĂ©s (massage, babyswim
)

Grossesse 2 : Je suis aussi sortie Ă  J+2 car je le souhaitais, je ne ressentais pas le besoin de rester plus longtemps. J’ai directement demandĂ© une sortie anticipĂ©e. Nous avons eu la visite de mon papa qui m’a ramenĂ© plein de gĂąteaux et mon meilleur ami qui travaillait Ă  l’époque dans l’hĂŽpital mais autrement je ne l’avais dit Ă  personne pour ĂȘtre tranquille haha. Pour les cadeaux, c’était pareil que pour le premier avec en prime plein de vĂȘtements que nous avions dĂ©jà ! 

Comment se prĂ©parer Ă  l’aprĂšs-accouchement pour bĂ©bĂ© ET pour maman

il avait un Ă©norme frein de langue et j’ai pu ĂȘtre aidĂ© par du personnel compĂ©tant

Grossesse 1 : Aucune inquiĂ©tude, mais c’est aussi dans ma nature. Si j’avais un souci, je pouvais appeler la PMI ou directement la maternitĂ©. J’ai allaitĂ© et je ne me suis pas trop posĂ©e de question pour ĂȘtre honnĂȘte. Je voulais essayer, ça a trĂšs bien marchĂ© puisque je suis en co-allaitement encore aujourd’hui. 

Grossesse 2 : C’était diffĂ©rent pour William car il a eu d’énormes reflux et j’ai trouvĂ© les mĂ©decins trĂšs incompĂ©tents. On me faisait sous entendre que j’étais stressĂ©e et on me demandait souvent “c’est votre premier enfant? “. C’était trĂšs dur de le voir souffrir et assez dur Ă  gĂ©rer avec son frĂšre de 15 mois. AprĂšs des tonnes de recherches, il avait un Ă©norme frein de langue et j’ai pu ĂȘtre aidĂ© par du personnel compĂ©tant et tout est allĂ© mieux rapidement. 


le secret c’est vraiment de se reposer, d’accepter que la situation change

Grossesse 1 : AUCUNE prĂ©paration concernant le post-partum. Je dois dire que le secret c’est vraiment de se reposer, d’accepter que la situation change, de savourer cette naissance de toi mĂȘme en tant que papa ou  maman, et que tout passe. (facile Ă  dire mais pas facile Ă  appliquer je suis d’accord!) Je pense que j’aurais aimer savoir que l’accouchement est le meilleur moment, un moment magique et si court, que l’on met en lumiĂšre comme “la chose la plus dure” et qu’au final, pour ma part, c’était le aprĂšs, la fatigue surtout. Il n’y a aucune rĂ©Ă©ducation en SuĂšde, donc je n’ai rien fait et il n’y a pas non plus de visite de SF. J’ai donc rien fait de spĂ©cial. 

Grossesse 2 : Je savais Ă  quoi m’attendre, fallait juste ĂȘtre prĂȘte Ă  encore plus de fatigue. J’ai suivi une rĂ©Ă©ducation du pĂ©rinĂ©e avec une kinĂ©, je ne sais pas si ça a aidĂ© ou pas mais je n’ai pas eu de problĂšme particulier. 

Grossesse 1 et 2 : En SuĂšde, les congĂ©s parentaux sont longs, donc j’ai la chance d’ĂȘtre encore Ă  la maison avec mes enfants et d’avoir enchainĂ© les deux congĂ©s.  Cependant, les enfants vont Ă  la crĂšche deux matinĂ©es par semaine et Lucas commence l’école en septembre 2021. Je suis un peu partagĂ©e sur la sĂ©paration, je ne sais pas trop Ă  quoi m’attendre encore. 

je me suis sentie tellement seule, incomprise face Ă  ce frein de langue, que j’ai dĂ©cidĂ© de crĂ©er un podcast


J’ai crĂ©e mon blog lorsque je suis partie en SuĂšde, il a Ă©voluĂ© avec moi, et donc j’ai parlĂ© maternitĂ©. Á la naissance de mon deuxiĂšme, je me suis sentie tellement seule, incomprise face Ă  ce frein de langue, que j’ai dĂ©cidĂ© de crĂ©er un podcast. J’adore parler donc ça me va bien. Je n’ai pas forcĂ©ment de stratĂ©gie, je rencontre des gens et je me dis “ oh j’adorerai qu’on en parle dans mon podcast, ça te dirait? :) “ et je parle aussi de notre vie avec les deux nationalitĂ©s, les challenges que l’on retrouve face Ă  deux cultures diffĂ©rentes, et la vie en SuĂšde avec ses bons et mauvais cotĂ©s. Pour le moment, nous habitons toujours en France et ceci est une passion et non mon travail. (que je reprends trĂšs bientĂŽt, je suis Ă  mon compte dans la communication/marketing/graphisme)

Vous pouvez retrouver les podcast de Victoria Roussel sur son blog : Vicking life.

Merci Victoria pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de Lucas, William et de toi <3