Marie, Liam & Inès : un 2ème accouchement vécu en période de covid

Marie, Liam & Inès : un 2ème accouchement vécu en période de covid

Marie nous a raconté sa première grossesse et son premier accouchement il y a quelques mois ! Liam avait alors presque 3 ans ! Marie, lors de son premier témoignage était enceinte et a accouché en juin ! Elle a accepté de nous raconter la fin de cette 2ème grossesse et son 2ème accouchement, toujours avec beaucoup d’humour ! L’accouchement a été un peu plus fatiguant, et difficile mais heureusement le post-partum lui a permis de profiter de son nourrisson et de son fils. Bonne lecture…


Qui es-tu ?

Prénom : Marie
Age actuel : 31 ans
Prénoms de mes enfants : Liam et Ines
Ă‚ge de mes enfants : 3 ans et demi et 8 mois

Avant de lire ce témoignage, découvrez ou re-découvrez la première grossesse et le premier accouchement de Marie !

C’est parti pour le 2eme accouchement : on va à la maternité ou pas ?

J’ai passé la porte du magasin et la je me suis dit "on est mal"


Alors le 10 juin 2020, j’arrêtais officiellement la clientèle au salon de coiffure mais je suis encore allée le jeudi et vendredi faire des papiers et vérifié que tout se passait bien avec ma remplaçante. Dans la nuit du vendredi au samedi je suis allée au pipiroom comme toute les nuits et là je me suis posée des questions par rapport au bouchon muqueux mais finalement je me suis rendormie, le samedi j’ai décidé d’aller a la foire fouille (drôle d’idée mais nous avons déménagé en mai, le confinement a tout décalé) et il nous fallait des choses basiques : pinces à linge, corbeille bref rien d’important mais j’avais envie d’y aller. J’ai passé la porte du magasin et la je me suis dit "on est mal". J’ai senti quelque chose couler.

J’ai fais vite le tour du magasin, j’ai pris deux/trois choses assez rapidos je me sentais bien. J’ai rejoint Stéphane chez ses parents, on a fait un barbecue à midi. En arrivant la bas je suis évidemment allée aux toilettes et là j’avais perdu une partie du bouchon muqueux. Je l’ai vaguement dit à Stéphane mais sans plus. Le soir, nous avons mangé avec des amis : tarte flambées ! Pas de contractions… je me sentais très bien… nous sommes rentrés.

Il faudrait quand même qu’on soit sûr pour les deux prénoms car nous ne connaissions pas le sexe

Comme toute les nuits, je me réveille vers 3-4h pour pipiroom. J’ai cru que la poche des eaux était fissurée mais comme pas de contractions, je me suis recouchée. La journée se passe, je ne suis motivée à rien. On est le 14/06, le terme est le 2/07. Je me dis qu’il y a encore le temps.

J’ai rdv le 15/06 chez ma gynéco donc je me dis tout est bon. j’avais préparé ma valise le 12/06 je pense. sans stresse. L’après midi je dis à Stéphane qu’il faudrait quand même qu’on soit sûr pour les deux prénoms (fille / garçon) car nous ne connaissions pas le sexe.

On rigole pas mal, j’écris à ma maman en lui disant que je ne pas trop pour la poche des eaux. Comme je n’ai pas de contractions, je ne veux pas me précipiter mais j’angoisse un peu car j’avais contracté le staphylocoque B et du coup je savais qu’ils allaient me mettre une perf d’antibio avant l’expulsion de bébé donc je me disais qu’il ne fallait pas non plus traîner.

On peut même pas être aux toilettes tranquille ?

Notre président devait parler le soir vers 19h je crois. A partir de là, tout est allé assez vite. On s’est mis a table pour dîner : les contractions étaient là. On a mangé très équilibré (rire) : hamburger/ frites. Je n’ai rien écouté du discours de monsieur Macron haha. Après le dîner, je suis allée sur le canapé. Stéphane aux toilettes. J’ai rigolé et lui ai écrit sur snap en lui disant il va falloir qu’on se prépare : j’ai perdu les eaux ! Sa réponse : "on peut même pas être aux toilettes tranquille ?" ! On y croit : les eaux sont perdues et en même temps on pensait qu’on avait le temps, on est le 14 juin haha je vais encore allée prendre une douche pour sentir bon. On prépare des affaires pour Liam car du coup on va le laisser chez mes parents. Les contractions sont bien présentes. On arrive chez mes parents et là, on sait que bébé 2 va arriver. Entre tristesse (fin de grossesse, je pense aussi fortement à ma grand mère qui nous avait quitté le 17/03), angoisse à cause de ce staphylocoque et excitation car on ne connait pas le sexe je suis partagée.

On explique à Liam qu’il va dormir chez Oma et Opa. Il est content. On prend la route pour la clinique il doit être 20h30. On arrive : monitoring et examen col ! Il est dilaté, ouvert à 4 et les contractions sont rapprochées. A cause du covid, on a le masque mais Stéphane peut être la sans soucis donc c’est le plus important. On va directement en salle d’accouchement. La sage femme me dit que ce soir là, il y a beaucoup de monde, que si je veux la péridurale, il faut pas tarder.

J’ai été prise d’une douleur dans la cuisse à chaque nouvelle contraction

Stéphane me dit "Tu as mal, prend la, souviens toi pour Liam, tu été très soulagée". La sage femme insiste un peu sur le fait que la soirée est chargée alors je dis oui. Mais à ce stade les contractions étaient gérables même si douloureuses. Voila, la pose de la péridurale se fait. On me pique deux fois car ça n’a pas marché la première fois. Je me dis "chouette ça va permettre d’avoir un peu de répit et d’être en forme au moment venus pour la poussée". Mais non l’euphorie est redescendue, les contractions se sont calmées mais j’ai été prise d’une douleur dans la cuisse à chaque nouvelle contraction. Une douleur au niveau du nerfs sciatique vraiment pas facile à gérer. D’autant plus que la sage femme m’a examiné après la pose de la péridurale et j’étais à 8/8.5 donc je me suis dis "mince si j’avais su ça serait peut être passé sans péri". Mais avec des si on ferait beaucoup de choses.

La poussée a été longue à mon sens. C’était pour moi très compliqué de me concentrer. La douleur pendant la minute de contraction au niveau de ma cuisse était très violente et au niveau d’en bas, je ne sentais rien donc pas évident de pousser correctement. Quand la péridurale a baissé en 3 poussées, Inès était là à 2h09 !

Marie a vécu un accouchement classique mais plus difficile que le 1er

Stéphane a grillé un feu qui n’en finissait pas

Nous sommes partis à la maternité en voiture, le trajet était plus long que pour Liam car nous avons déménagé donc environ 35min de route. Stéphane a grillé un feu qui n’en finissait pas et il me voyait un peu dans le mal haha. Les contractions étaient bien présentes mais je pensais énormément à ma grand-mère donc les larmes étaient de douleur mais de tristesse avant tout.

J’ai accouché dans une position "normale". Le papa a pu être présent heureusement car sinon j’aurais accouché sur le parking haha. Cette fois-ci moins de stress par rapport ç une éventuelle césarienne car Inès avait bien la tête en bas. Croyez-moi ou non cet accouchement était plus rapide mais plus intense et plus dur.

Sans oublier le masque et oui notre ami le masque Ă©tait de la partie

J’aurai voulu faire sans péridurale mais je me suis un peu sentie non libre de mon choix à la maternité, c’était un peu dans la précipitation. J’étais entourée d’une infirmière et de la sage-femme. A un moment, on a cru que bébé allait venir très vite, la tête était là mais ma capacité à pousser était amoindrie, la fatigue et cette douleur à la cuisse m’ont achevé. Sans oublier le masque et oui notre ami le masque était de la partie ! La sage femme m’a motivé en me disant que j’avais réussi un accouchement voie basse en siège, que ce serait vraiment dommage d’avoir recours au forceps.

Mais l’expulsion a été difficile, le fait de ne rien sentir là où se passe les choses, c’est bien compliqué. Un peu comme quand on veut boire dans un verre après une anesthésie chez le dentiste (rire). Ensuite Inès est arrivée. Nous ne connaissions pas le sexe donc ça été la surprise jusqu’au bout car au moment où j’ai vu mon bébé, j’ai cru que le cordon c’était un petit kiki et la sage femme a dit "Cette petite fille aura quel prénom ?".

Nous étions vraiment heureux : un mini Stéphane Liam et une mini Marie Inès.

Inès faisait quand même 3kg740 et 50.5 cm à la naissance. On nous a annoncé qu’elle faisait 49cm mais le pédiatre, 2 jours après, nous a dit "je peux vous assurer qu’elle ne fait pas 49 cm on va la re mesurer. A vu d’œil, je dirai 50,5 et paf 50,5". Elle faisait quand même 630 grammes de plus que Liam avec 15 jours d’avance. Peut être est-ce pour cela que la sortie était un peu plus dure. Ensuite nous avons eu notre moment tous les 3 en salle d’accouchement avant de monter en chambre . J’ai eu une petite collation qui m’a requinqué avant de monter.

Comment vit-on on séjour à la maternité par temps de covid ?

Sans visite c’est pas mal ça permet vraiment de se reposer

Je suis arrivée le dimanche vers 21h30 (je crois) et je suis sortie avec Inès le jeudi matin. Nous n’avions le droit à aucune visite à cause du covid. Même Liam n’a pas pu venir à la maternité. Pour avoir vécu les deux, franchement, sans visite c’est pas mal ça permet vraiment de se reposer même si j’aurais bien voulu voir au moins ma famille proche. Mais j’ai eu des moments rien que pour moi avec Inès. Le retour à la maison a été génial. J’attendais avec impatience que Liam rencontre sa petite sœur. C’était trop chou. Nous avons eu pas mal de visites à la maison, c’était agréable mais stressant quand même avec le covid. Nous avons eu plein plein de cadeaux tous aussi top les uns que les autres. Et les personnes ont pensé pour la plupart à une petite attention pour Liam j’ai trouvé ça vraiment top et agréable.

J’étais contente car personne ne m’a jugé sur ma décision

Pas de grosses inquiétudes si ce n’est pour le staphylocoque B mais Inès a été suivie les premières 24h et tout allait bien. La jaunisse, je n’y pensais pas trop non plus. Par contre j’ai eu un peu peur lors du test auditif celui-ci n’a pas marché la première fois. Apparemment ça arrive souvent mais du coup pendant quelques heures, je me suis posée 1000 questions. Une sage femme m’a rassurée. Pour le cordon, c’était moins compliqué pour moi cette fois.

Pour l’allaitement, comme ça n’avait pas bien fonctionné avec Liam, j’avais décidé de faire mixte rapidement. Dès le 2ème jour, j’ai demandé des biberons de lait et tout s’est très bien passé. J’ai allaité Inès environ deux mois, comme pour Liam je n’ai pas eu de vraie montée de lait. J’ai arrêté du jour au lendemain. Par contre il était pour moi beaucoup plus simple de mettre Inès au sein que ça ne l’avait été pour Liam. J’étais contente car personne ne m’a jugé sur ma décision ou plutôt notre décision car nous en avions parlé avec Stéphane bien sur.


Un post-partum sans préparation et sans difficulté !

Je n’ai pas eu de baby blues, juste un peu de fatigue au début

Pour une seconde grossesse on sait un peu plus à quoi s’attendre donc comme pour la première grossesse : aucune préparation précise. Je n’ai pas eu de baby blues, juste un peu de fatigue au début : il fallait gérer les deux enfants mais ils sont plutôt cool. Liam a été propre du jour au lendemain, jour et nuit la semaine de la naissance donc c’était déjà cela en moins à gérer.

J’ai fait ma rééducation du périnée, même si comme pour la première celui ci n’a pas été trop endommagé, méthode abdominale. Une sage femme est passée pour le suivi à la maison elle était super gentille et ça permet de bien contrôler la prise de poids de bébé et de surveiller l’éventuelle apparition de la jaunisse.

J’ai eu la chance de profiter à fond des premiers mois de vie de Inès

Contrairement à ma première grossesse, j’ai pu bénéficier d’un vrai congé maternité. Je l’ai débuté le 10/06/2020. J’ai eu la chance de trouver une super remplaçante, d’autant plus qu’avec le confinement ce n’était pas gagné.

Jai repris le 11/05 et à cette date là je n’avais pas encore trouvé ma remplaçante, je l’ai rencontrée le 18/05, elle a commencé le 25/05. La reprise après confinement était compliquée : des journées à rallonge avec mon gros bidon et passer de "je ne fais rien" du 17/03 au 11/05 je vous laisse imaginer.

Lucie a pris ses fonctions et j’ai tout de suite su que c’était la perle rare. Quelle chance pour moi. Je voulais reprendre le travail fin août et comme tout se passait bien au salon, j’ai décidé de profiter de mon congé maternité jusqu’à la fin c’est à dire le 30/09/2020.

C’était évidemment sans compter sur le re-confinement de novembre. L’avantage dans tout cela, c’est que contrairement à Liam j’ai eu la chance de profiter à fond des premiers mois de vie de Inès. La séparation a, de ce fait, été aussi un peu plus difficile.

Mais nous avons trouvé une super tatie. Le feeling est tout de suite passé, avec chance car nous ne nous en étions pas occupés très en avance. Je suis passée par le site "nounou au top". On l’a rencontré et notre choix était fait.

Merci Marie pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de toi, de Liam et d’Ines <3