Pause estivale. Attention : les commandes passées à partir du 10 août (inclus) seront traitées le 22 août. Nous vous souhaitons un bel été ☀ Prenez soin de vous.
Marion, Louise & Zoé : récit de 2 accouchements TRES différents - Partie 2

Marion, Louise & Zoé : récit de 2 accouchements TRES différents - Partie 2

Voici la 2ème partie du témoignage de Marion. Cette maman nous confie comment elle a vécu sa maternité au travers de ses 2 grossesses et accouchements. Louise est arrivée par voies basses et Zoé qui n’avait pas envie de se retourner dans le ventre de sa maman, a été mise au monde lors d’une césarienne. Marion se penche aussi sur son séjour à la maternité, les visites, les cadeaux puis son post-partum sur lequel, elle porte un regard lucide. Grâce à ses 2 aventures, Marion a muri un projet : un blog dédié à la maternité. Elle y écrit des articles sur tous les sujets. Grâce à toutes ses connaissances acquises depuis, elle s’est lancée dans la réalisation d’un livre sur le post-partum avec un angle original ! A découvrir d’ici automne 2022… En attendant, je vous laisse parcourir la suite de son témoignage ! Bonne lecture…


Nous vous conseillons de lire la 1ère partie du témoignage de Marion avant de lire la suite :)

L’accouchement ou la rencontre la plus magique de votre vie

Je sentais les mouvements de mon corps pendant qu’il sortait notre fille

Grossesse 1 : J’ai été très bien prise en charge à mon arrivée, nous étions les seuls futurs parents à être présents cette nuit-là, une chance ! Nous avons rejoint une salle dite « nature » avec une baignoire et des ballons pour s’assoir ainsi qu’un grand lit. C’était plutôt agréable jusqu’à ce que les contractions s’intensifient ! J’ai tenu jusqu’à 6 cm de dilatation et là j’ai demandé la péridurale. C’était un choix dès le début de l’avoir, je ne me voyais pas faire sans ! Après une nuit de travail, j’ai finalement donné naissance à Louise à 11h30 du matin, ça a été un peu long donc ils ont dû vite l’emmener ensuite pour vérifier que tout allait bien. Mon mari est parti avec elle pendant que la sage-femme finissait de s’occuper de moi. Ces minutes sans eux m’ont semblé terriblement longues mais on s’est vite retrouvés et ça a été un moment absolument magique avec la première mise au sein. Nous étions très émus tous les deux, tous s’est mis en place très naturellement.

Grossesse 2 : Quand je suis arrivée, les sages-femmes m’attendaient déjà vu que je venais de les appeler. Elles ont vérifié la mise en route du travail et m’ont dit qu’on allait faire une petite écho de contrôle au cas où ma fille se soit remise dans le bon sens. Mais non, rien à faire, elle était toujours la tête en haut ! Donc je suis partie direction le bloc opératoire assez vite, et là ça m’a fait bizarre car il y avait beaucoup de monde et il faisait froid. Mon mari devait patienter à l’extérieur pendant qu’ils m’installaient et me faisaient l’anesthésie rachidienne. J’ai un peu paniquée à ce moment-là, je trouvais l’ambiance assez froide et j’ai eu un petit coup de mou mais heureusement les infirmiers étaient adorables et m’ont rassuré. Ensuite mon mari a pu rentrer et la césarienne a commencé. On ne voyait rien évidemment, mais je sentais les mouvements de mon corps pendant qu’il sortait notre fille. Il y avait une infirmière avec nous vraiment adorable, qui nous parlait et nous rassurait tout le long, je me souviens de sa gentillesse. Enfin, ils ont posé notre fille sur moi et nous l’avons découverte avec une immense émotion et la même magie que 4 ans auparavant pour sa grande sœur.

J’ai fait des petites crevettes à chaque fois : 2,9 et 2,8 kgs ;-)

Le séjour à la maternité post-accouchement et les premières inquiétudes

les magnifiques cadeaux de naissance de mon mari : une bague et une montre

Grossesse 1 & 2 : J’ai passé quatre jours la première fois à la maternité et cinq la deuxième, après la césarienne. Nos parents et frères et sœurs, ainsi que nos amis très proches sont venus nous voir. On limitait juste le temps de visite pour que je puisse me reposer à chaque fois. Ensuite, une fois de retour à la maison, on a étalé les visites dans le temps pour ne pas en avoir plusieurs par jour. Quant aux cadeaux, je me souviens de tous les adorables présents – doudou, vêtements, jouets – que j’ai eu pour les filles et j’ai été aussi très touchée par ma mère et ma belle-mère qui m’avaient chacune offert des choses pour moi (parfums et soins). Sans oublier les magnifiques cadeaux de naissance de mon mari : une bague et une montre, que je porte tous les jours.

J’ai beaucoup apprécié les venues à la maison de ma sage-femme

Grossesse 1 & 2 : Ma première a fait une grosse jaunisse qui a nécessité sa ré-hospitalisation pendant 3 jours après notre retour à la maison. C’était vraiment très dur de devoir la laisser en néonat, si petite, mais il n’y avait pas de places pour les parents à l’hôpital. Je l’ai vraiment très mal vécu même si ce n’était rien de grave. Une fois à la maison, pour les soins, je me souviens que le bain me semblait être une montagne ! J’attendais que mon mari rentre de la maison pour le faire, j’avais peur de mal faire ! Ensuite, pour la seconde, c’était beaucoup plus intuitif et j’étais très à l’aise. Pour le coup, je faisais le bain les doigts dans le nez ;-) J’ai beaucoup apprécié les venues à la maison de ma sage-femme, c’était très utile et ça me rassurait. Elle vérifiait nos états à chacune, pesait mon bébé et je pouvais lui poser mes questions. C’était trop court à chaque fois, mais toujours très rassurant. J’étais contente de la voir. J’ai allaité les deux. La première fois, je ne savais pas si ça me plairait mais je voulais essayer. Finalement, j’ai apprécié ce moment avec mon enfant et tout s’est mis en place très naturellement. Tellement que j’étais très nostalgique de ces moments quand j’ai arrêté à la reprise du travail.

Après le post-partum : la reprise du travail et prise de conscience

J’aurais aimé plus savoir qu’il faut s’entourer pour le post-partum

Grossesse 1 & 2 : Comme pour la grossesse, j’ai pas mal lu et écouté de podcasts. J’ai aussi demandé des conseils, notamment à ma belle-sœur qui avait déjà des enfants. J’ai été très fatiguée, par ces nuits hachées et la sollicitation permanente notamment quand tu allaites, mais pas de baby-blues. Mon mari, même s’il travaillait, était très présent aussi et très investi. Après j’aurais aimé plus savoir qu’il faut s’entourer pour le post-partum, qu’on peut et qu’on doit demander de l’aide, que c’est normal de se sentir dépassée et de ne plus avoir de rythme. Je trouve qu’on ne dit pas assez qu’on va perdre ses repères, son rythme, qu’on ne va pas réussir à prendre de douche ou à s’assoir quelques minutes au calme. Quand c’est possible, je trouve que chaque femme - ou chaque couple quand le partenaire est là - devrait avoir un soutien chaque jour, que quelqu’un, comme une aide-maman, vienne les aider pour que la mère puisse vraiment se reposer en confiant son bébé quelques heures ou minutes pour dormir. C’est le nerf de la guerre. Sans ça, surtout la première fois, on a du mal à lâcher prise et à ne pas vouloir être partout.

Grossesse 1 et 2 : On a eu la chance d’avoir à chaque fois une place en crèche, dans la même et vraiment à côté de la maison. C’était extrêmement rassurant pour moi et le personnel était extraordinaire. On a fait à chaque fois deux semaines d’adaptation, mais malgré tout c’était toujours très dur de m’en séparer même si la deuxième fois je me suis arrêtée de travailler une année !

j’écris un livre sur le post-partum inspiré du modèle néerlandais

Mon blog "Parlons maman" est un projet que j’ai longuement muri pendant et après la naissance de ma deuxième fille. Je l’explique notamment dans mon à propos sur le blog. Cette deuxième grossesse a bouleversé beaucoup de choses en moi, j’ai eu besoin de prendre du temps pour ma famille, de me poser et de profiter de mes filles après 10 années trépidantes à traiter de l’actualité en tant que journaliste. J’ai donc pris un congé parental d’un an, durant lequel j’ai fait un double constat : le monde de la maternité et de la petite enfance me passionnait et l’écriture me manquait beaucoup. Je n’ai quasiment pas le temps d’écrire à mon poste actuel de rédactrice en chef. J’ai donc décidé de me lancer et de mettre mon expertise des médias et de l’écriture au service des sujets liés à la grossesse, la maternité et la petite enfance principalement. Mon idée est d’apporter des clés à mes lectrices et lecteurs sur cette période de profonds bouleversements à travers des interviews d’experts, des conseils pratiques, des rencontres inspirantes mais aussi en leur faisant découvrir des marques et univers que j’affectionne. Mon idée est qu’on s’y sente bien et qu’on vienne y piocher ce dont on a besoin !

Surtout, je veux déculpabiliser les mamans et futures mamans pour leur montrer qu’il y a plusieurs manières d’être mères et qu’il faut s’écouter et se faire confiance pour trouver sa propre voie. 

Depuis le lancement de Parlons maman il y a un an et demi, je travaille sur un autre projet tout aussi enthousiasmant : j’écris un livre sur le post-partum inspiré du modèle néerlandais avec Delphine Petit-Postma, qui est Kraamzorg à Amsterdam. Ce métier n’existe que là-bas : c’est un mélange entre la sage-femme et la puéricultrice. On appelle souvent les Kraamzorg « les fées de la naissance » parce qu’elles viennent s’occuper de la mère et de son bébé pendant 8 jours après la naissance, au domicile de la famille. Elles prennent en charge leurs soins, mais aussi la maison, les repas, les frères et sœurs, aident à l’allaitement, aux gestes du quotidien, etc. C’est une aide extraordinaire pour ces premiers jours de post-partum, qui met véritablement le pied à l’étrier de la parentalité. Dans notre livre, on donne beaucoup de conseils aux futurs et jeunes parents mais aussi à leur entourage pour les aider ! Rendez-vous pour la sortie en octobre.

Merci Marion pour ton expérience, tu es précieuse, prend soin de toi, de Louise et de Zoé <3